Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De Skolanet

  • : Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • : Blog d'informations sur le e-learning et les TICE !
  • Contact

Découvrez Lectora en français

Lectora est un outil auteur qui permet de produire rapidement des contenus e-learning de grande qualité. Parmi les nombreux atouts de Lectora, la publication au format HTML est un plus pour développer dans un format particulièrement adapté au mobile learning.

Les démonstration s'appuient sur un exemple de module de formation destiné à un usage sur  tablettes.


Programme des séminaires en ligne (prévoir 30 à 45 minutes selon les questions) :
Mardi 22 et 29 novembre à 11h00.
Mardi 6 et 13 décembre à 11h00
Des séances à votre convenance sont envisageables au besoin.

 

S'inscrire

Recherche

Skolanet.org

Découvrez Skolanet.org

8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 22:26

http://www.awt.be/images/logos/logo-awt_publi.gif

 

 

Coup de projecteur aujourd'hui sur la toute récente enquête sur le e-learning menée par l'Agence Wallone de Télécommunications et la société NOW.be , spécialistes du e-learning en Belgique.

 

 

 

Xavier Van Dieren (Voir son blog) nous fait part de son analyse dans une courte vidéo gracieusement mise à la disposition des professionnels du domaine. Quoi de plus normal que de partager nos réflexions complémentaires à partir de cette approche qui porte sur les entreprises de plus de 500 salariés.

 

Pour 15% des entreprises, le e-learning n'est pas à l'ordre du jour. Si Xavier Van Dieren le note avec surprise, plusieurs explications me viennent à l'esprit comme autant de freins au développement de tels dispositifs de formation dans les entreprises :

En premier lieu le manque  d'habitude de formation. Même si les grandes entreprises sont généralement bien structurées en matière de services RH, certaines ont peut-être moins tendance à pousser leurs salariés vers la formation. Cela peut se révéler pour des raisons liées à la culture de l'entreprise mais aussi selon les spécificités des métiers dans l'entreprise.

La résistance au changement est un autre élément à prendre en considération. Les profils de formations initiales du personnel, les habitudes d'usage d'internet des salariés ou parfois la pyramide des ages sont susceptibles d'engendrer des blocages rédhibitoires pour la mise en place d'une formation en ligne. Tout concepteur de dispositif de formation doit chercher à proposer le meilleur outil pour chaque public. De là à considérer que 15% des entreprises de plus de 500 salariés abritent des profils de personnel où l'usage d'Internet est peu fréquent, il y a un pas que je ne franchirai pas.

Le  troisième point que je souhaitai évoquer concerne les infrastructures. Comment est compris le e-learning : comme des formations en salle équipée d'ordinateurs, au bureau, à domicile... Quelles sont les organisations pratiques à re-penser pour rendre la formation accessible ? Autant de questions qui peuvent en dérouter certains et qui les conduisent  à ne pas envisager du tout le e-learning.

Enfin, le coût des dispositifs peu s'avérer prohibitif pour certaines entreprises. D'autant plus si les formations à imaginer engendrent la création de modules spécifiques et qu'il faut externaliser toute la conception des dispositifs.

 

L'enquête souligne ensuite l'importance de l'utilisation des modules sur mesure. Je me montre assez d'accord sur les spécificités propres à chaque entreprise qui poussent à la création de modules personnalisés. Si ces modules s'avèrent effectivement rarement transposables d'une entreprise à l'autre, notons néanmoins la possibilité des les transposer dans le temps. C'est un élément sans doute non négligeable dans les choix des entreprises : certes la création d'un module est coûteuse mais s'il peut s'amortir sur plusieurs années cela le rend économiquement  beaucoup plus attrayant.

Pour le reste, 44% utilisent des modules sur étagères ce qui semble effectivement peu compte tenu de l'offre pléthorique en la matière comme le souligne Xavier Van Dieren. Là aussi les spécificités des métiers dans les entreprises sont à prendre en compte, les salariés en lien avec la bureautique ou les langues sont bien évidemment des cibles de choix pour ces modules. Par ailleurs, ces modules sont peut-être utilisés à gros volumes par les entreprises qui y ont recours, ce qui justifierait le dynamisme du marché sur ce créneau.

 

http://awt.now.be/2010/Enquete-e-learning-2010.jpg

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

 

Les grandes entreprises font le choix de l'internalisation. A terme c'est sans doute économiquement judicieux pour capitaliser sur le personnel qui se forme  progressivement, même si cela provoque des coûts de structure plus élevés et d'une certaine façon "obligent à la production". Mais cela permet d'avoir des formation bien adaptées et cohérentes avec les besoins de l'entreprise, bien qu'un regard extérieur apporte une plus-value aux dispositifs mis en oeuvre, les responsables de NOW.be ne manqueront pas de le rappeler au besoin.

 

L'analyse porte des interrogations sur la faible proportion de formation accompagnées (24%). Je suis tout à fait d'accord avec la mise en avant des risques d'abandon liés à la difficulté de trouver de la motivation, particulièrement lors des périodes creuses que tout apprenant à distance connaît.

Mais ce risque est peut-être finalement contourné par les entreprises qui développent le

blended-learning : 47%. Peut-être doit on y voir une réponse à la prise en compte d'une forme de stimulation des apprenants au cours des périodes en présentiel.

 

Je suis plus partagé sur la justification de la part de vidéo intégrée aux modules e-learning. Certes les bandes passantes sont plus larges mais permettent-elles réellement de visionner les vidéos ou ne doit on pas déceler ici un côté  marketing recherché par les concepteurs. Si je ne remet pas en cause l'intérêt pédagogique, je m'interroge sur la capacité des apprenants à pouvoir y accéder, notamment sur le lieu de travail.

 

Les partages de documents et les forums sont encore peu utilisés. On sait pourtant qu'ils permettent des mises en production propices aux apprentissages. J'y vois à la fois l'expression d'une forme de timidité de l'utilisateur mais aussi probablement un manque d'éducation aux outils qui en freinent les usages. L' impact à terme de l'utilisation de plus en plus courante des réseaux sociaux devrait donner de nouvelles habitudes aux apprenants... en tous cas des activités d'apprentissages qui sont encore malheureusement trop peu présentes, je rejoins Xavier Van Dieren "ce serait un plus".

 

Le dernier point de l'analyse concerne le peu de quiz intégrés aux outils. Suivre une vidéo n'est pas synonyme d'apprentissage même si l'utilisateur doit cliquer de temps en temps pour faire avancer les choses. Il est nécessaire d'appréhender la construction des modules sous l'angle d'une conception pédagogique raisonnée qui confronte l'apprenant à la progression de ses acquisitions. Les quiz font partie des activités qui permettent de renforcer les apprentissages. Oui Xavier,  ne pas les utiliser conduit davantage à la construction d'outils d'information que de modules de formation.

 

Voilà mon avis sur cette enquête fort intéressante et je remercie l'équipe des enquêteurs pour ce travail. Un petit regret toutefois, pas de questions sur le mobile-learning (ou m-learning), ce sera pour la prochaine fois j'en suis certain !


 

Partager cet article

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article

commentaires

Xavier Van Dieren 11/09/2010 22:06


Bravo et merci pour ton analyse très pertinente de cette enquête.

Promis, le m-learning fera son apparition dans l'enquête 2011 :-)

Xavier