Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Skolanet

  • : Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • : Blog d'informations sur le e-learning et les TICE !
  • Contact

Découvrez Lectora en français

Lectora est un outil auteur qui permet de produire rapidement des contenus e-learning de grande qualité. Parmi les nombreux atouts de Lectora, la publication au format HTML est un plus pour développer dans un format particulièrement adapté au mobile learning.

Les démonstration s'appuient sur un exemple de module de formation destiné à un usage sur  tablettes.


Programme des séminaires en ligne (prévoir 30 à 45 minutes selon les questions) :
Mardi 22 et 29 novembre à 11h00.
Mardi 6 et 13 décembre à 11h00
Des séances à votre convenance sont envisageables au besoin.

 

S'inscrire

Recherche

Skolanet.org

Découvrez Skolanet.org

17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 10:12

http://www.skolanet.com/imagesblogs/logosnap.png

 

Le logiciel Snap ! de Trivantis est un enrichisseur de Powerpoint qui vous permet de créer des modules autoformatifs directement à partir de vos contenus powerpoint. Un nouvel onglet s’affiche dans  la barre d’outil de powerpoint et vous donne accès aux fonctionnalités  de Snap ! !

 

Ainsi vous allez pouvoir ajouter du son ou de la vidéo et  enrichir vos diaporamas par  vos commentaires enregistrés en les synchronisant avec des animations. En intégrant votre présentation dans une interface ergonomique (boutons d’avancement, durées, annotations) , vous ajoutez une part d’interactivité afin de stimuler l’apprenant au cours de son travail, le rendre actif pour qu’il soit immergé dans la présentation que vous lui proposez..

 

http://www.skolanet.com/imagesblogs/barresnap.png

 

Mais un diaporama sonorisé, même bien organisé, ne constitue pas à lui seul un support autoformatif. Snap ! est aussi un outil de création de quiz et d’enquête. Je vous propose 3 formes d’utilisation de ce type d’outil dans un module autoformatif :

En début de parcours, avant d’aborder les contenus, en proposant une question introductive. C’est un processus couramment utilisé en formation présentielle lorsque l’on demande à un groupe de s’exprimer sur une notion nouvelle.  C’est un moyen d’introduire la thématique en impliquant l’apprenant. En ligne et à distance, l’utilisateur qui répond à une question dans les premières secondes d’un module y est « aspiré » ce qui constitue un facteur d’implication fort.

Utilisé au cours de la présentation, un exercice de type quiz est une manière de remédiatiser les contenus. Le quiz n’est d’ailleurs pas forcément complexe, c’est un outil de répétition pour sédimentariser les connaissances. Pour rester dans le parallèle du face à face, le quiz intervient après avoir apporté des contenus riches, une démonstration au tableau par exemple,  et pour lesquels une réformulation s’avère nécessaire sous la forme d’un exercice individuel sur feuille. Les quiz intègrent d’ailleurs des feedbacks qui renforcent ce rôle.

Enfin, au terme d’un parcours, le test a bien sur une valeur de mesure de la progression. Il apporte un éclairage à l’apprenant sur les éléments qu’il a appris. Davantage qu’une sanction, le score de l’apprenant aux tests est une étape dans la progression de l’apprenant. Les résultats aux tests ne doivent pas souligner un échec, il est possible de paramétrer le nombre de tentatives possible et de suggérer à l’apprenant de reprendre le module, ce qui est plus difficile à réaliser pour un cours en présentiel.

 

Snap ! propose  plusieurs type de questions que vous pourrez utiliser comme bon vous semble dans les situations ci-dessus : Pourquoi pas un vrai/faux  en entrée, un texte à trou ou un hotspot sur une image en entrée et un choix multiple ou un drag and drop en dessert ? Pour découvrir les différentes questions possibles, vous pouvez suivre ce court module réalisé « à la volée » en cliquant sur l'image ci-dessous :

 

http://www.skolanet.com/imagesblogs/snappres.png

 

Comme vous l’avez constaté, Snap ! est un outil de rapid-e-learning particulièrement complet, simple et peu coûteux. Il permet de publier vos modules  via une URL, au travers d’un LMS comme CourseMill (compatible AICC-SCORM) ou encore sur les réseaux sociaux.

 

 

Cette catégorie d'articles est dédiée à la présentation de nos usages des logiciels Trivantis pour lesquels nous sommes distributeurs francophones. Nous nous attachons dans cette rubrique à avoir une démarche constructive dépassant la seule information commerciale.

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Trivantis
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 21:32

photomoi.jpg

 

 

 

 

Skolanet est né en 2008 de la volonté de diplômés du Master MFEG Parcours e-learning (Rennes 1) qui voulaient se donner les moyens de poursuivre une relation engagée pendant cette année de formation.

 

 

 

 

Cette détermination s’est très rapidement inscrite sur 2 axes :

  • La volonté de ne pas rester "spectateur", mais de devenir "acteur" d’une véritable révolution en marche dans le monde de la formation en développant  des projets qui nous étaient chers.

Ce deuxième axe a donné naissance à un programme complet de formation,  le plus emblématique compte tenu de notre implantation régionale : Edubreizh  la plateforme dédiée à l’apprentissage de la langue bretonne en ligne. Après le recrutement de deux salariés et un an de développement, le site a été officiellement lancé le 17 octobre 2011.

 

Tout au long de ces 3 dernières années, nous nous sommes attachés à mieux appréhender le monde du e-learning. Forts de cet apprentissage, Skolanet évolue et va désormais se décliner au pluriel pour une nouvelle stratégie de développement : "Skolanet" comme Association loi 1901 et "Skolanet E-learning" comme Société COopérative et Participative (SCOP),  parce que  là aussi nous souhaitons marquer notre différence.

Skolanet, Association loi 1901, conservera son objet qui est de promouvoir le e-learning en concentrant son action sur les thématiques suivantes :

  • Via le blog de Skolanet et sur les réseaux sociaux la continuité de notre veille e-learning, même si vous avez sans doute noté notre appétit pour le m-learning ces derniers mois.  
  • L’organisation le 5 avril 2012 des secondes rencontres bretonnes des TICE et du e-learning à St Brieuc  permettra de rassembler les acteurs de notre territoire et au-delà, en reliant  le réel au virtuel.
  • La mise en place d’un "incubateur de projets e-learning" au sein duquel seront accueillis des porteurs de projet souhaitant bénéficier d’un appui dans leur démarche, à l’instar de ce que nous avons construit dans le développement du projet Edubreizh. Cet incubateur hébergera 5 projets cette année. Nous reviendrons prochainement sur le fonctionnement de cet incubateur et les premiers projets retenus.

Skolanet E-learning, SCOP, nous positionne comme prestataire de services. Cette activité  a été initié depuis deux ans, mais ce nouveau statut  donne un cadre plus large pour en prendre la pleine mesure. Nous nous adressons ainsi aux structures qui souhaitent s’engager dans une démarche e-learning en proposant notre expertise et  nos savoir-faire. Notre offre commerciale s’inscrit dans les champs suivants :

  • L’ingénierie de formation : Nous réalisons les études nécessaires à la mise en œuvre de dispositifs  e-learning cohérents en tenant compte des besoins et des contraintes de nos clients.
  • La conception de modules e-learning : A partir de l’expertise, des savoir-faire ou encore des ressources déjà disponibles, nous scénarisons les contenus pédagogiques afin d’obtenir des outils multimédias interactifs efficaces.
  • L’accompagnement des acteurs face aux évolutions d’Internet : Nous intervenons ici sur la large thématique du web 2.0 et animons des sessions plus particulièrement dédiées aux usages pédagogiques d’Internet.
  • La distribution des logiciels Trivantis : Snap !, Lectora Inspire ou encore Course Mill sont des logiciels distribués dans plus de 70 pays à travers le monde, Skolanet E-learning en est le relais pour la francophonie .

Si vous appréciez notre travail depuis déjà plus de 3 ans et que vous souhaitez développer vos  projets, n’hésitez pas à nous contacter, notre agence e-learning est basée en Bretagne et dispose d’un correspondant en région parisienne.

 

Jean-François LE CLOAREC
Directeur
SCOP Skolanet E-learning

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 13:45

http://www.radiobreizh.net/images/91d8780ec6d45e976f9e2392fd66.jpg

 

Après plus de 3 ans de développement, Skolanet lance Edubreizh, la première plateforme de formation e-learning dédiée à la langue bretonne. Cette plateforme grand public vise à favoriser l'accès à l'apprentissage pour de nouvaux locuteurs dans une langue jugée sérieusement menacée dans un rapport de l'Unesco.

Nous avons tenu une conférence de presse ce lundi 17 octobre en présence de Madame Lena Louarn, vice-présidente du Conseil Régional de Bretagne en charge des langues de Bretagne. Info :

 

Edubreizh.com vise à séduire un public d’adultes souhaitant apprendre la langue bretonne et devant faire face à 2 problèmes majeurs: l’éloignement géographique et le manque de disponibilités.

L’utilisateur souscrit un abonnement qui lui donne accès à un dispositif pédagogique complet basé sur la méthode Oulpan que nous avons adaptée et enrichie. Ainsi l’internaute apprenant accède à une plateforme de formation intégrant :

  • Plus de 150 ressources pédagogiques multimédias proposant l’étude de dialogues, des exercices de répétition, des quiz autocorrigés, des modules grammaticaux multimédias, des situations de pratiques illustrées, etc…

  • Un accès à des classes virtuelles animées par un expert pour des activités pédagogiques à l’oral et en temps réel

  • Un réseau d’apprenant tutoré pour être toujours en situation de communication et progresser par les échanges.

 

 

La méthode Edubreizh est développée par Skolanet, agence spécialisée dans le e-Learning et les usages pédagogiques du web. Le projet est né en 2008. Un premier test a été proposé aux internautes en 2009, il a permis d’analyser les attentes des internautes et de sélectionner les types d’activité répondant le mieux à leurs besoins. En 2010, l’aide de la Région Bretagne, dans le cadre du soutien à l'élargissement du champ de la formation des adultes à la langue bretonne de sa politique linguistique,a permis de concrétiser les objectifs par l’embauche de 2 salariés qui travaillent au développement des ressources pédagogiques et à l’animation du dispositif.

Deux formules sont disponibles. La première est particulièrement bien adaptée pour les personnes qui recherchent des outils pédagogiques complémentaires pour s’exercer entre 2 cours du soir par exemple (à partir de 15€ par mois). La seconde est idéale pour un apprentissage complet car elle associe pratique autoformative et accompagnement par un enseignant tuteur (à partir de 25€/mois).

Outre un partenariat privilégié avec Skol an emsav pour l’utilisation de la méthode Oulpan, Edubreizh.com est lié avec d’autres centres de formation et organisations culturelles bretonnes qui peuvent bénéficier de conditions préférentielles.

 

En savoir plus :

 

Région  Bretagne - Rannvro Breizh : http://www.bretagne.fr/internet/jcms/TFE080514_12310/accueil


Télécharger la plaquette presse en pdf
 


 

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 10:40

http://cdn.trivantis.com/product_page/product_top_image.png

Dans le cadre de la nouvelle stratégie de développement de notre agence techno-pédagogique (nous vous en reparlerons très prochainement), nous avons fait le choix de nous associer à Trivantis.

 

 

 

 

 

Avant de préciser nos engagements, voici les raisons qui ont conditionné notre choix pour Lectora Inspire, L’outil auteur de Trivantis pour le e-learning :

1) Nous recherchions une suite d’outil complète permettant de concevoir des contenus en mode rapidlearning (à partir de Microsoft PowerPoint ou en s’appuyant sur des templates) mais aussi de réaliser des modules plus complexes aux interfaces personnalisables.

2) Outre les classiques exercices type QCM, nous souhaitions pouvoir apporter un plus à nos clients en matière d’interactivité. Lectora Inspire intègre des questions sous forme de jeux qui permettent aisément d’apporter une touche ludique aux modules.

3) Le développement des apprentissages nomades via smartphones et tablettes interroge sur les formats des contenus. Nous avions l’objectif d’élargir notre palette et de pouvoir développer de façon intuitive dans des formats ouverts (comme le HTML et le HTML5), tout en gardant la possibilité de développer des contenus flash. Cette possibilité a fortement motivé notre choix dans la perspective de développement de modules mlearning.

4) Trivantis est distribué dans plus de 70 pays et équipe 60% des entreprises du classement "Forbes Global 2000". De plus, Trivantis est régulièrement récompensé pour la qualité de ses produits. Ces garanties à l’échelle internationale sont pour nous le signe d’une solution haut de gamme.

inspire.png

5) Lectora Inspire est conçu comme une suite de logiciels interopérables qui comprend un outil auteur mais également des versions dédiées de logiciels leaders dans leurs domaines comme TechSmith Camtasia et Snagit pour la capture d’écran ou Flypaper pour la conception de contenu Flash de façon simplifiée. Soit une panoplie complète pour développer des modules en toute sérénité, sans se poser constamment la question de la compatibilité des contenus produits.

6) Les contenus produits respectent les normes SCORM et AICC.

7) Et enfin, un logiciel en français... Cocorico ! No comments

 

 

En terme de partenariat, Skolanet devient distributeur francophone pour les produits Trivantis.

Pour Peter Bray, directeur marketing de Trivantis : “Avec une forte présence dans les grandes entreprises et dans plus de 70 pays, nous attachons une grande signification aux partenariats avec les autres entreprises dans le monde. Le partenariat de distribution conclu entre Trivantis et Skolanet contribuera à notre développement en France".

Ce partenariat prendra tout son sens prochainement puisque nous aurons le plaisir de participer au ilearning forum Mediterannée de Marseille les 6 et 7 octobre,  Skolanet sera présent sur le stand de Trivantis et animera une conférence d'une trentaine de minutes sur l'utilisation de Lectora Inspire pour développer des outils mlearning (vendredi 7 octobre 15h00).

C’est un nouveau champ d’activité pour notre structure en pleine évolution. Il s’agit d’un engagement fort de Skolanet qui apportera son savoir-faire à la communauté française qui souhaite utiliser les produits de Trivantis en dispensant des formations en français et en animant un espace d’échange.

Nous vous invitons d’ores et déjà à découvrir Lectora Inspire gratuitement pendant 30 jours et nous ne doutons pas que vous serez, comme nous, convaincus de l’intérêt d’utiliser les produits Trivantis pour vos développements futurs.

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Trivantis
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 08:09

ludovia1

 

 

 

Une fois de plus, Ludovia a tenu ses promesses lors du rendez-vous d’Ax-les Thermes, du 29 août au 1er septembre. C’est avec un grand intérêt que j’ai eu l’occasion de participerà deux journées de tables rondes, de conférences, de colloques, d’ateliers et j’en passe, le tout dans un cadre naturel magnifique et une ambiance de pré-rentrée bien décontractée.

 

Cette 8ème édition, qui a rassemblé plus de 400 participants, avait pour thème central les applications TICE dans l’éducation. A la carte, des séminaires qui ont mis l’accent sur l’adaptation et la mise en application des ENT dans les structures scolaires, ainsi qu’une intéressante réflexion autour du rôle de l’enseignant, de l’apprenant et de l’évolution du processus d’apprentissage dans un contexte de mise à jour à l’ère du numérique.

 

ludovia2

 

Le salon a débuté le lundi 29 par une séance de mise-en-bouche et en fin de soirée « Une classe du futur pour un établissement du XXIème siècle », une approche générale de la classe numérique actuelle et future, et des enjeux de sa mise en place.

Les séances de mardi ont été consacrées essentiellement à l’application de l’ENT (voir exemple)  au Premier degré (programmes pilotes, témoignages, pilotage des projets, les solutions appropriées aux besoins réels et aux budgets, la gestion des élèves et des professeurs, etc. ) Le programme du mercredi visait notamment le second degré (le cartable numérique, les TNI, les applications sur Smartphone…), les politiques éducatives, et les investissements des collectivités territoriales en matière d’équipements, infrastructures et organisation, entre autres.

 

Le jeudi 1er septembre fut consacré à la formation continue et supérieure : ouverture vers un campus numérique, internationalisation et mutualisation des réseaux interactifs de connaissance ou vers une maison commune des enseignants (exemple du programme Sankoré), échecs et réussites des programmes pilotes appliqués à différents cursus et disciplines (exemples des l’Universités de Bordeaux, de Versailles, de Lyon, de Lille et de Toulouse), entre autres.

Les tables rondes, animées par différents experts et représentants institutionnels, ont soulevé des questions de base qui invitent à une réflexion en profondeur. En voici quelques unes :

 

- La réalité de l’ENT, comme une suite logique de l’évolution de l’éducation actuelle, génère à son tour une pluie de nouvelles technologies au service d’un système éducatif en plein changement.

- La nécessité de bien savoir peser les choix qui vont marquer l’avenir de l’éducation, (d’où l’importance de se concerter quant aux priorités de financement et aux priorités éducatives, afin d’adapter au mieux le matériel choisi aux besoins réels de la communauté éducative).

- Le contrôle du processus d’apprentissage, l’interactivité, la mobilité, etc… sont des éléments qui, dans une certaine mesure, mobilisent l’envie d’apprendre et facilitent l’accès a l’éducation.

- Les enseignants devraient être capables d’exploiter et d’optimiser les ressources mises à leur disposition et de former, à leur tour, les apprenants à leur utilisation. Cela passe par une nécessaire formation, sérieuse et significative, aux ENT et aux TICE.

- L’emploi des outils numériques dans le domaine scolaire reste encore minoritaire et l’on constate un fort décalage dans leur usage parmi la communauté éducative.

- Quelle est la place des Jeux sérieux dans l’apprentissage ?

- Le besoin de développer un espace de connaissance numérique libre, un véritable centre de ressources, un espace de partage ouvert à d’autres communautés d’enseignants afin de rendre l’apprentissage plus souple et accessible aux étudiants dans un réseau international (voir le programme Sankoré).

- L’adaptation des manuels traditionnels aux ressources numériques.

- La place de l’étudiant en tant que membre actif et participatif de la vie étudiante dans un nouvel environnement numérique interactif (les réseaux sociaux…).

- Les difficultés des organismes institutionnels à donner forme au campus numérique dans un réseau universitaire encore fort hétérogène.

 

http://www.ludovia.org/2011/wp-content/uploads/2011/08/pub-ludoviacom-org.png

 

Les tables rondes ont également offert la possibilité d’ouvrir le débat au public, qui a participé de manière interactive en répondant aux questions posées à travers le système d’évaluation à distance de Promethean.

Enfin, soulignons l’intérêt des différents colloques au sujet de la mobilité par différentes approches (mobilité et applications éducatives, mobilité et usages, mobilité et santé, etc.), ainsi que des ateliers ExplorCamps : des séances de découverte de solutions numériques dans le domaine pédagogique, par petits groupes tournants toutes les 20 minutes.

 

En bref, beaucoup d’informations et de richesses dans les discussions pour une rentrée pleine de nouveautés pédagogiques.

 

En savoir plus :

 

Le site de Ludovia : http://www.ludovia.org

Retour de manifestation sur "Cahiers pédagogiques" : Ludovia le off

Les causeries de C. Batier, toujours aussi pertinentes : http://www.ludovia.org/2011/category/videos/

Les trouvailles de Mario Asselin : http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2011/09/ludovia_2011_trouvailles.html

Repost 0
Published by n.garcia - dans Manifestations
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 09:40

http://officeimg.vo.msecnd.net/en-us/images/MH900431822.jpg

 

 

 

Comment le tutorat peut-il s’exercer dans une formation m-learning ? En effet, à l’image de l’évolution du 100% e-learning vers des situations mixtes (blended  learning), il parait légitime de s’interroger sur la mise en place d’un tutorat à distance pour répondre aux difficultés des apprenants nomades.

 

Qu’entend-on par tutorat à distance ? Jacques Rodet, Philippe Ramette et Sylvie Dalbin proposent sur Wikipédia la définition suivante : « Le tutorat à distance a pour principal objectif de soutenir les efforts d'apprentissage dans le cadre d'un projet de formation ouverte et à distance. Il aide à rompre l'isolement et à atteindre les résultats des objectifs pédagogiques des apprenants. »

 

D'après l'article « Tutorat en FOAD : introduction » publié par Supports FOAD, les différents types de tutorat que l'on peut mettre en place dans une FOAD sont :

le tutorat d'accueil : présenter  le déroulement et le contenu de la formation.

le tutorat de gestion : gestion du groupe mais également interface entre les apprenants et l'institution éducative.

le tutorat technologique : assistance technique pour les problèmes rencontrés sur la plate-forme.

le tutorat d'accompagnement relationnel : destiné à motiver les apprenants et à combler la solitude de l'apprenant dans son parcours en autonomie pour prévenir et éviter l'abandon.

le tutorat d'accompagnement cognitif : aider les apprenants à développer des stratégies cognitives pour organiser le travail individuel en autonomie mais aussi le travail en groupe sur projets.

le tutorat d'évaluation : évaluer les acquis des apprenants.

 

Pour faire du tutorat d'accueil ou de gestion, on peut utiliser deux méthodes : un échange de courriels ou l’utilisation de SMS. La première méthode est très classique mais présente un gros inconvénient car les interfaces des smartphones notamment sont assez peu adaptées à la rédaction de mails. 

La deuxième solution est la résultante du développement des smartphones et des forfaits associés qui rendent plus facile l’utilisation de SMS. Les petits messages permettent à l’apprenant de rester en contact permanent avec son tuteur et sont plus simples à rédiger que des mails sur les smartphones.

 

Le tutorat technologique peut également utiliser cette méthode. Si un apprenant rencontre des problèmes avec le module, il peut envoyer un SMS ou un MMS au tuteur qui pourra visualiser la difficulté et lui venir en aide.

Une autre idée est d'utiliser des outils de messagerie instantanée comme Jabber, une application à télécharger sur le mobile pour accéder au webchat accessible avec une simple connexion internet. L'apprenant pourra expliquer son problème, le tuteur pourra lui expliquer comment le résoudre et s'assurer qu'il a réussi. De plus, on peut envoyer ou recevoir tout types de documents tel qu'un fichier texte, un PDF ou une vidéo et visualiser l'avancement du transfert en cours grâce à une barre de progression. 

 

La messagerie instantanée peut également permettre la mise en place d'un tutorat d'accompagnement relationnel. Le projet «Dr Math» qui a vu le jour en janvier 2007 en Afrique du Sud (consultable sur http://goo.gl/2mgQH) est un bon exemple. Les apprenants qui ont des difficultés en mathématiques entrent en contact avec des tuteurs en utilisant MXit. Ainsi, les tuteurs les aident à s'améliorer, les motivent et veillent à ce qu'ils n'abandonnent pas face à la première difficulté.

 

tut1.jpg

 

La mise en place d'un tutorat d'accompagnement relationnel peut également se faire grâce au

web 2.0 et un outil tel que Twitter dont l’intérêt principal est la possibilité d’avoir de l’interactivité. C’est un outil de réseau social et de microblogging qui permet à l'utilisateur de partager de brefs messages (140 caractères), appelés tweets. On peut utiliser lesHashTags qui sont un moyen pour ajouter des informations additionnelles au tweets pour les catégoriser selon un contexte. Prenons l’exemple d’une formation sur le jardinage, en ajoutant un hashtag #jardin aux tweets, les apprenants seront tenus au courant des dernières informations.

 

Twitter peut également être un outil pour faire dututorat d'accompagnement cognitif. Un apprenant qui éprouve des difficultés pédagogiques avec un module m-learning peut exposer son problème en publiant un tweet et le tuteur pourra directement lui répondre et partager avec les autres apprenants. La création d'une communauté d'apprenants permet au tuteur d'échanger et d'aider les apprenants, voire les inciter à travailler ensemble en leur proposant des projets plus complexes.

Pour assurer ces types de tutorats basés sur l’utilisation des réseaux sociaux majeurs, il existe le HTC ChaCha. C'est un smartphone alliant messagerie instantanée et utilisation du web 2.0. Il est doté d’un bouton de partage rapide qui permet de partager une photo ou une vidéo en appuyant juste sur le bouton Facebook. Il dispose d'une application de chat Facebook qui permet de démarrer un chat instantané en direct. Cela peut avoir un réel intérêt pour du tutorat si plusieurs apprenants rencontrent la même difficulté pédagogique ou technique avec un module, le tuteur peut les inviter dans un chat et illustrer ses propos grâce à une vidéo ou une photo.

 

 

tut2.png

Image : http://goo.gl/Bvicw

 

Le tutorat d'évaluation peut s’exercer via les plateformes LMS mobiles comme Moodle Mobile. Les outils de reporting du LMS vont permettre de faire remonter les résultats obtenus par les apprenants aux différents tests. Le tuteur pourra ainsi évaluer ce qui a été réussi ou non par les apprenants.

 

L'émergence du m-learning ne signifie pas la fin du tutorat car il reste nécessaire pour aider, motiver et évaluer les apprenants. Les outils et applications évoluent, ce qui laisse entrevoir de nouvelles façons de faire du tutorat tel que la création d'une communauté d'apprenants qui se forment sur les mêmes modules m-learning.

 

 

En savoir plus :

 

« Tutorat à distance », Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tutorat_%C3%A0_distance

« Tutorat en FOAD : introduction », Supports FOAD : http://www.supportsfoad.com/index.php/articles-foad/37-tutorat/57-tutorat-en-foad-introduction

« Mobile learning: South African examples », Steve Vosloo et Adele Botha : http://www.slideshare.net/stevevosloo/mobile-learning-south-african-examples

« C’est quoi les HashTags sur Twitter ? », TwitteRadar : http://twitteradar.com/cest-quoi-les-hashtags-sur-twitter/news

 

Antoine Alias, Etudiant en master "ingénierie de la e-formation" à Rennes 1 est en stage à Skolanet. Nous lui avons confié une mission de veille dans le domaine du m-learning. Cette mission a un objectif pédagogique dans notre rôle de maître de stage puisqu'elle va à permettre à Antoine d'analyser et remédiatiser des informations. En effet, Antoine va vous proposer une chronique régulière sur ce blog : "Antoine et le m-learning". La reformulation doit l'aider à s'approprier progressivement de nouvelles compétences en matière de m-learning. Nous vous invitons à utiliser l'espace de commentaires pour rendre plus dynamique encore les apprentissages d'Antoine.
Repost 0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 09:12

http://leszed.ed-productions.com/wp-content/uploads/2011/05/pub-ludovia2-305x305.jpg

 

 

 

 

 

 

C’est Nurià Garcia qui représentera Skolanet à Ludovia 2011, une mission d’ « envoyée spéciale » pour les 2 dernières journées du salon Ludovia 2011 d’Ax les Thermes.

 

 

 

 

Nurià est une spécialiste de l’enseignement des langues (Espagnol, Catalan, Français, breton) et c’est la raison qui l’a amenée à rejoindre l’équipe de Skolanet en octobre 2010. Originaire de Catalogne, elle y exerce son activité en télétravail. Elle est en charge du développement pédagogique des modules d’enseignement pour Edubreizh, un dispositif en ligne pour apprendre la langue bretonne sur Internet qui ouvrira ses portes en octobre.

Voici le programme « personnel » de Nurià à Ax-les-Thermes :

 

Mercredi 31/08

9h30 – 11h30 : T2 – Table Ronde Interactive « Mobilité et ouverture » (Salle de conférence)

11h30 – 12h30 : EC3 – « Ateliers exploratoires – ExplorCamps – Classe Numérique»

14h30-16h00 : CS5 – Session du Colloque Scientifique – « La Mobilité et le jeu »

16h00 – 17h30 CS6 Session Colloque Scientifique : « La mobilité et les arts numériques »

Jeudi 01/09 :

9h30 – 11h00 : T5 Table Ronde Interactive : « Université Numérique vs Campus Numérique »

14h30 -15h30 « Ateliers découverte et ExplorCamps »

Synthèse des travaux, Bilan des 3 jours, échanges et orientations 2012

 

Nul doute qu’elle nous reviendra avec de nombreuses informations et fera état de ses rencontres qui ne manqueront pas d’intérêt.

 

http://www.skolanet.com/skolablog/nurialudovia.jpg

 

En savoir plus :

Le site officiel de Ludovia 2011

Ludovia 2011 par Eric Delcroix

Suivre Ludovia 2011 sur G+ avec Christophe Batier

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Manifestations
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:34

zakorito0

 

 

J’ai pu récemment échanger avec Jean-Michel Pagarnin, Directeur de Noe-education, sur la solution de conception de cours en ligne ZAKORITO.

 

 

Zakorito est un outil utilisable en ligne. Cela présente l’avantage de s’affranchir des contraintes d’installation et de mise à jour. Cela le rend aussi accessible facilement pour les enseignants qui peuvent ainsi travailler de n’importe quel endroit.

Zakorito est d’abord un outil de création de cours. Le service proposé permet de construire des cours en créant divers écrans interactifs (intégration d’images, sons, vidéos, flash…) mais aussi en prenant en compte les différents intervenants lors du parcours de formation. Cela permet de construire à la fois des parcours en ligne mais aussi d’utiliser Zakorito pour construire des parcours en présentiel.

Le concepteur est assisté dans sa tâche, ce qui lui permet d’organiser une progression pédagogique complète :

 

zakorito2

 

L’interface de réalisation d’un écran s’appuie sur un éditeur wysiwyg qui facilite la tâche de l’utilisateur.

 

zakorito1

 

Nous avons questionné M. Pagarnin sur la possibilité de restituer des devoirs en différents formats , la plateforme de test ne propose en effet que 3 formats de fichiers possibles (.pdf, .doc et .txt). Notre interrogation portait notamment sur l’usage de fichiers mp3, format qui nous parait aujourd’hui essentiel  pour les cours de langues. La réponse de Noe Education ne s’est pas faite attendre, la prochaine version de Zakorito prendra en compte notre demande :

 

http://www.skolanet.com/skolablog/zakoritoson.jpg

 

En second lieu, Zakorito est un outil de diffusion. En ce sens il peut se concevoir comme un LMS classique au sein duquel la diffusion s’accompagne d’outils de mise en relation entre apprenants et concepteurs. L’aspect « social learning » est toutefois limité par le fait que la dimension communicante se fait au niveau des concepteurs.

Au delà de ces aspects liés à la création de cours en ligne, Zakorito se veut plus particulièrement un outil de certification de compétences par la validation de modules. L’objectif proposé est de construire des grains de compétences, de pouvoir les réintroduire aisément dans des parcours de formation à la carte et de certifier la progression des apprenants :

 

zakorito4

 

« Dans sa nouvelle version, ZAKORITO intègre un module de création de certification. De manière très souple, il permet de fixer le niveau d’exigence de chacune des compétences à acquérir. Il suffit de sélectionner les modules de formation sur lesquels doit porter la certification, puis, compétence par compétence de déterminer le seuil acceptable d’acquisition de la compétence.

On peut donc désormais créer en quelques clicks une certification portant sur des dizaines de modules de formation et plus d’une centaine de compétences élémentaires. »

(extrait communiqué de presse - Zakorito 2011)


 

 

 

 

 

Zakorito nous parait un outil simple à prendre en main et plutôt intuitif. Le modèle économqiue repose sur un sytème d'abonnement, la version de test vous permettra de vous faire une idée en créant votre première leçon.

 

En savoir plus :

 

Le site Noe-education

Faire un test sur ZAKORITO

Quelques infos intéressantes sur les notions de connaissances et compétences : http://www.gestiondesconnaissances.be/connaissance.php

"La compétence, résultat de la connaissance inscrite dans les processus" - Guy Rivoire, 2004 - Le journal du Net

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 15:15

http://officeimg.vo.msecnd.net/en-us/images/MH900321182.jpg

Lors de mon article intitulé "Développer du contenu m-learning", j'avais évoqué la notion de coût de développement. Les ressources disponibles sur ce sujet sont peu nombreuses et il m'a paru important d'apporter un éclairage sur ce sujet.

Il est très difficile de chiffrer le coût de développement d'un module m-learning simple car il dépend fortement des choix mis en œuvre par l'organisation. On peut toutefois s'inspirer du modèle de calcul de coût pour le développement d'un module e-learning disponible dans ce document intitulé "E-learning, comment commencer ?" pour lister les composantes qui entrent dans ce calcul. Ce modèle date de 2003 mais il est pertinent pour le module que je vais vous présenter.

Dans notre exemple, nous étudierons un module simple, correspondant à un apprentissage de 15 à 20 minutes, dont le contenu vous est présenté sous forme schématique :

http://idata.over-blog.com/1/10/62/22/Mobile/mobileaa.png

Nous supposons que le contenu est apporté par le commanditaire du projet. Voici les postes à prendre en compte :

Les ressources humaines nécessaires au développement des contenus. Pour évaluer ce coût, il faut prendre  le coût quotidien du personnel et le multiplier par le nombre de journées travaillées.

On peut distinguer quatre phases principales dans le développement :

  • Tout d’abord, la réalisation d'un storyboard est indispensable pour planifier la production du module (temps de travail prévu : 2 jours).
  • La phase de réalisation du module est l'étape suivante. Il faut développer les contenus qui seront destinés aux apprenants (temps de travail prévu : 3 jours). On peut y incorporer des éléments qui favorisent l'apprentissage tel que des animations, des vidéos, du son et de l'image. N'oubliez pas que l'on peut personnaliser le contenu de la formation pour un public spécifique et que cette personnalisation engendre une augmentation du coût de développement des modules.
  • La phase de développement est la validation du contenu du module pour être certain qu'il corresponde aux attentes du commanditaire (temps de travail prévu : 1 journée).
  • Enfin la logistique, il faut mettre les modules ainsi que les mises à jour éventuelles à disposition des apprenants. Nous compterons  une journée pour le module. Cette journée pourra être fractionnée, elle doit être vue comme une forme de service après-vente après livraison du module.

http://officeimg.vo.msecnd.net/en-us/images/MB900439356.jpg

Le matériel informatique et les outils logiciels :

Le coût d'utilisation des postes informatiques pour la création de contenus ainsi que celui des smartphones et tablettes servant à tester les modules doit être pris en compte

Pour développer les modules m-learning, vous allez devoir acheter des logiciels spécifiques tels que Lectora Publisher (Contacter par mail Skolanet, partenaire francophone de Trivantis Lectora pour des informations complémentaires) qui vont augmenter le coût de développement. Ces  logiciels sont comparables aux logiciels de rapid e-learning mais  permettent de publier des contenus en html5 compatibles iPhone et Android.

Les charges fixes (de structure) :

Ce sont les charges dont le montant est indépendant du volume d'activité de l'entreprise (par exemple le loyer, les dépenses d’énergie, le secrétariat…). Cela dépend fortement des structures et nous n’en tiendrons pas compte ici.

La consultance :

Il est possible qu'une entreprise souhaitant développer des modules m-learning puisse avoir besoin de faire appel à des consultants extérieurs. Cette prestation va donc augmenter le coût de développement. Nous comptabiliserons une journée de développement expert.

Calcul du coût :

Les ressources humaines : Compter 300€ à 500€ par jour pour le développement et la logistique.

Le matériel informatique et les logiciels: On considère qu’ils sont amortis sur une base de 3 ans à hauteur de 3000€ par an. On obtient un coût d’environ 60€/jour.

La consultance : Tarif d’un consultant prévoir 1000€. Nota : Ce consultant peut aussi être un infographiste par exemple.

On obtient ainsi  une fourchette de prix de 3520€ à 4920€ hors charges de structure. Des ajustements sont possibles sur le nombre de journées de travail qui peut aussi s'avérer plus ou moins long selon la qualité des contenus experts fournis par le commanditaire du module.

Tous ces éléments font partie intégrante des coûts de développement des modules m-learning.

Il faut également tenir compte de coûts post-développement. Par exemple il peut s'avérer utile de prévoir un coût pour le tutorat, il ne vaut mieux ne pas laisser l'apprenant sans réponse face à des doutes car cela peut limiter l’efficacité du dispositif. La mise en place d’un support technique, pour aider les apprenants qui rencontreront des difficultés pour utiliser les modules sur leur smartphone doit aussi être anticipée.

Mais ces réflexions sur l'accompagnement et le tutorat dans le m-learning seront abordées dans mon prochain article.

 

En savoir plus :

E-Learning : Comment commencer ?”, BE-ODL, Publié le 16/06/2003.

"Créer une application iPhone, combien ça coûte ?", B. Méli, Journal du Net, Publié le 26/03/2010.

 

Antoine Alias, Etudiant en master "ingénierie de la e-formation" à Rennes 1 est en stage à Skolanet. Nous lui avons confié une mission de veille dans le domaine du m-learning. Cette mission a un objectif pédagogique dans notre rôle de maître de stage puisqu'elle va à permettre à Antoine d'analyser et remédiatiser des informations. En effet, Antoine va vous proposer une chronique régulière sur ce blog : "Antoine et le m-learning". La reformulation doit l'aider à s'approprier progressivement de nouvelles compétences en matière de m-learning. Nous vous invitons à utiliser l'espace de commentaires pour rendre plus dynamique encore les apprentissages d'Antoine.
Repost 0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 08:40

http://eu.123rf.com/400wm/400/400/gunnar3000/gunnar30001101/gunnar3000110100129/8656673-concept-de-risque-avec-le-doigt-sur-la-broche-risqu.jpg

Source : Gunnar Pippel : http://goo.gl/jINT0    

En complément de mon précédent article concernant le développement de contenu m-learning, je me suis intéressé cette semaine aux limites du m-learning. L’article "Avantages et inconvénients du m-learning" de Lisa RYAN montre bien que les inconvénients résultent à la fois de contraintes pédagogiques et techniques.

Une fragmentation de l’apprentissage : L’étude menée à l’université de Stanford par Qingyang en 2003 fournit des indications sur la fragmentation de l’apprentissage sur support mobile. Les apprenants ont eu accès à des modules de langues étrangères. L’apprentissage exige de la concentration et de la réflexion, or l’apprenant peut être distrait lorsqu’il marche dans la rue ou s’il se trouve dans les transports. L’apprentissage peut être fragmenté, il est donc important de concevoir des applications tenant compte de cette contrainte.

Le manque de compétences métacognitives : La métacognition fait référence à la capacité des apprenants à prendre conscience et de surveiller leur processus d'apprentissage. La littérature traitant de l'éducation des adultes précise que plus les apprenants comprennent la façon dont ils apprennent, plus ils sont en mesure d'évaluer leur façon d’apprendre et de gérer leur propre apprentissage.

http://kba.k.b.pic.centerblog.net/f9yqws3j.jpg

Source : http://goo.gl/7Wtc8

Quand on parle de compétences métacognitives, une distinction doit être faite entre la capacité des apprenants à l'auto-surveillance et la capacité à s'auto-évaluer. Les apprenants peuvent facilement surveiller leurs progrès par rapport à un plan qui permet de suivre l'exécution et le temps passé sur chaque tâche, ainsi que sur les scores obtenus lors des quiz.

Il est plus difficile de s’auto-évaluer car cela nécessite la capacité pour l'apprenant de juger à quel point il a réellement fait l'apprentissage et son degré d’acquisition de nouvelles compétences et connaissances.

Certains apprenants peuvent donc avoir des doutes sur ce qu’ils ont appris lors de la formation. Le défi du m-learning est de lever les doutes de l’apprenant. Une piste pour pallier à ce problème est l’utilisation de feedbacks externes pour répondre aux questions  des apprenants sur les objectifs de la formation et leurs réalisations.

La petite taille des écrans et la difficulté d’accéder à des informations à partir du Web : Les appareils mobiles présentent des inconvénients par rapport à la taille d'écran et la capacité d'accéder aux informations conçues pour la visualisation Web. En effet, la plupart des sites web sont destinés à la consultation sur PC et non sur smartphones.

Pour répondre aux spécificités des appareils mobiles, votre site internet doit offrir des articles plus courts et une navigation tactile. Voici quelques conseils proposés par le site Open Web pour adapter votre site aux smartphones :

Certains événements Javascript n’ont pas de sens sur un Smartphone. Par exemple, le Doubleclick ne se déclenche pas car tapoter deux fois déclenche en général un zoom.

Le flash est à oublier car de nombreux smartphones comme l’iPhone ne l’affichent pas. (Il vaut mieux utiliser du HTML5)

Il vaut mieux afficher des caractères larges et lisibles car l’écran d’un smartphone est petit.

L’affichage multi-colonnes est à proscrire, les flottants sont à afficher empilés et non plus côte à côte par exemple.

Des coûts élevés : Il est nécessaire d’investir dans du matériel pour chaque apprenant et de budgétiser les coûts de réparation et d’amélioration du matériel. Il faut également mettre en place un support technique pour répondre aux questions des utilisateurs et résoudre les soucis techniques.

La conception des modules engendre également des coûts car il faut acheter des logiciels de création de contenus m-learning. Il faut tenir compte du salaire des formateurs et développeurs en charge de les créer les contenus. Cette approche fera l'objet d'un prochain article.

Les défis de la sécurité de l'appareil et des données : La sécurisation des données est un véritable défi au quotidien. En raison de leur taille et de leur portabilité, les risques sont encore plus importants avec les appareils mobiles. Ils sont plus faciles à perdre et plus susceptibles d’être subtilisés que des PC de bureau. Il est important de protéger les données.

http://maniacgeek.files.wordpress.com/2009/12/big-brother-watching-you.png

Source : http://goo.gl/fPeLI

L’article "Verrouiller l'accès aux données, enjeu clé de la mobilité" du Journal du Net explique que l’on peut protéger les données de trois façons.

Tout d’abord, en protégeant les systèmes d’exploitation mobiles avec des logiciels disponibles sur le marché comme par exemple la solution Mobiz de Prim’X disponible pour Windows Mobile 5 et 6.

Ensuite, l’utilisation d’algorithmes de chiffrement peut servir à renforcer la protection les données.

Enfin, l’utilisation de techniques d’authentification comme les mots de passe alphanumériques pour accéder aux plates-formes.

Le m-learning a donc des inconvénients qui sont liés à ses avantages, à savoir la possibilité pour l’apprenant d’apprendre où et quand il le désire. Les contraintes pédagogiques peuvent être réduites, en particulier le manque de compétences métacognitives. Le tuteur peut intervenir pour aider l’apprenant à s’auto-évaluer par le biais de messages envoyés de smartphone à smartphone. Il est possible que les contraintes techniques disparaissent ou évoluent suite à de futures évolutions technologiques.

 

En savoir plus :

"Avantages et inconvénients du m-learning" / "Advantages and disadvantages of mobile learning"; written by: Lisa RYAN; article published: year 2007, month 01 : http://goo.gl/udTSt

"Adapter un site pour les smartphones", Open Web : http://goo.gl/RiUy5

"Verrouiller l'accès aux données, enjeu clé de la mobilité", Le Journal du Net : http://goo.gl/QN50n

 

Antoine Alias, Etudiant en master "ingénierie de la e-formation" à Rennes 1 est en stage à Skolanet. Nous lui avons confié une mission de veille dans le domaine du m-learning. Cette mission a un objectif pédagogique dans notre rôle de maître de stage puisqu'elle va à permettre à Antoine d'analyser et remédiatiser des informations. En effet, Antoine va vous proposer une chronique régulière sur ce blog : "Antoine et le m-learning". La reformulation doit l'aider à s'approprier progressivement de nouvelles compétences en matière de m-learning. Nous vous invitons à utiliser l'espace de commentaires pour rendre plus dynamique encore les apprentissages d'Antoine.
Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Antoine et le mlearning
commenter cet article