Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Skolanet

  • : Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • : Blog d'informations sur le e-learning et les TICE !
  • Contact

Découvrez Lectora en français

Lectora est un outil auteur qui permet de produire rapidement des contenus e-learning de grande qualité. Parmi les nombreux atouts de Lectora, la publication au format HTML est un plus pour développer dans un format particulièrement adapté au mobile learning.

Les démonstration s'appuient sur un exemple de module de formation destiné à un usage sur  tablettes.


Programme des séminaires en ligne (prévoir 30 à 45 minutes selon les questions) :
Mardi 22 et 29 novembre à 11h00.
Mardi 6 et 13 décembre à 11h00
Des séances à votre convenance sont envisageables au besoin.

 

S'inscrire

Recherche

Skolanet.org

Découvrez Skolanet.org

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 12:33

Le 7 avril 2011, SKOLANET, en partenariat avec LUGLEARNING et soutenu par BREST METROPOLE OCEANE, a organisé à Brest les "1ères rencontres bretonnes des TICE et du e-learning".

Comme convenu, et parce que SKOLANET tiens toujours parole , les personnes qui n’ont pas pu assister en direct/live aux différents débats peuvent découvrir dès aujourd'hui l'intégralité de la table ronde intitulée :

"La formation en ligne peut-elle s'adapter aux PME ?"

Vous pourrez donc apprécier par ordre d'apparition les interventions de :

  • Elizabeth DESRIAC, Directrice commerciale chez SYFADIS, éditeur de solutions e-learning et plus particulièrement de plateforme d'apprentissage (LMS).
  • Adrien FERRO, Responsable du développement de l'offre de formation en "Ingénierie de la e-formation" à l'UNIVERSITE DE RENNES 1.
  • Michel NIZON, Président d'EDULANG, éditeur de solutions e-training pour l'apprentissage de l'anglais de la communication internationale.

Bon ! On commence par un petit résumé... Hum ! Hum ! Je doisl'avouer avec une 1h50 de présentation et de débat difficile de dire par quoi commencer. Je préfère vous laisser le soin de picorer. Vous pouvez démarrer avec la vidéo de votre choix la 1ère minute est consacrée à poser le débat.

N'hésitez pas à échanger avec nous dans la zone commentaire de cet article. 

Au fait.... La deuxième table ronde intitulée "Outils numériques en formation : nouvelles pratiques, nouveaux enjeux" arrive bientôt !

Elizabeth DESRIAC, SYFADIS.
(37 minutes)

 

Adrien FERRO, UNIVERSITE DE RENNES 1.
(22 minutes)

 

Michel NIZON, EDULANG.
(24 minutes)

 

DEBAT
(27 minutes)

 

Pour en savoir plus

Les "1ères rencontres bretonnes des TICE et du elearning", Brest, L'escale, le 7 avril 2011

Elisabeth DESRIAC

SYFADIS : Solutions e-learning pour la gestion des ressources humaines, la gestion des carrières et compétences, la gestion de la formation

Adrien FERRO

La plaquette du Master Professionnel Parcours 1 "Ingénierie de la e-formation" de l'Université de Rennes 1

La page Facebook du Master Professionnel Parcours 1 "Ingénierie de la e-formation" de l'Université Rennes 1

Le blog du Master Professionnel Parcours 1 "Ingénierie dela e-formation" de l'Université de Rennes 1

Michel NIZON

Le site web d'Edulang : Solutions e-training pour l'apprentissage de l'anglais de la communication internationale
 
Le blog d'Edulang
 
SnaPanda Edulang : A l’aide de votre smartphone, visez un mot anglais, touchez-le, et SnaPanda vous en donne sa définition !
 
Billet relatif

Cet homme a un véritable point de vue sur le e-learning..., Skola blog, le blog de Skolanet, Mardi 4 mai 2011

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 13:44

Cet homme a un véritable point de vue sur le e-learning... Cet homme, c’est Michel NIZON, Président de la société Edulang.

Michel NIZON n’est pas véritablement un inconnu pour les lecteurs de Skolanet. Nous lui avons en effet consacré un article il y a 3 ans. Il avait accepté à l’époque de nous accueillir et de nous consacrer un peu de son temps.

Michel NIZON n'est pas à un paradoxe prêt. Dans un secteur d’activité où les entreprises sont plutôt concentrées  sur la région parisienne ; Edulang, sa société, est situé au fin fond du Finistère plus précisément à Morlaix. Comme l'indique le site web de l'entreprise, "Edulang conçoit, édite et diffuse des contenus innovants pour l'apprentissage de l'anglais de la communication internationale".

Alors quand nous avons décidé d’organiser le 7 avril 2011 à Brest les "1ères rencontres bretonnes des TICE et du e-learning", et que nous avons commencé à rechercher des intervenants pour une des tables rondes intitulée : "La formation en ligne peut-elle s'adapter aux PME ? Nous devons bien l’avouer son nom est arrivé tout naturellement.

En effet, Michel NIZON a une particularité. Dans l’univers parfait du e-learning, il dénote un peu. Il a un franc parlé. 

Sans jeux de mots -ou si peu que vous voudrez me pardonner-, Monsieur Edulang ne pratique pas la langue de bois. On peut même dire qu’il n'a pas sa langue dans sa poche. Quoi de mieux pour animer un débat ?

En effet, et ce n’est pas là la moindre de ses qualités, il a le sens de la formule. Si vous avez visionné la bande d’annonce de son intervention, vous avez sans doute apprécié :

"C'est comme le monstre du Loch Ness... tout le monde parle du e-learning et des PME mais personne ne l'a vraiment vu !"

Je laisse ceux qui n’ont pas eu l’occasion de la découvrir de la regarder ou ceux qui l'ont apprécié de la revoir de nouveau.

 

 

Bon ! Trêve de bavardage, je vous laisse découvrir l’intervention de Michel NIZON (15 minutes) et une première partie du débat qui a suivi (10 minutes).

 

 

PS : Les personnes qui n’ont pu assister en direct/live aux 1ères rencontres bretonnes des TICE et du e-learning pourront découvrir au cours du mois de mai les vidéos des différentes interventions.

 

Pour en savoir plus

Les "1ères rencontres bretonnes des TICE et du elearning", Brest, L'escale, le 7 avril 2011 : http://www.rencontres-elearning.org

Le site web d'Edulang : http://www.edulang.com

Le blog d'Edulang : http://blog.edulang.com

SnaPanda Edulang: A l’aide de votre smartphone, visez un mot anglais, touchez-le, et SnaPanda vous en donne sa définition! : http://www.youtube.com/watch?v=YGS4frJpJnk

 

Billet relatif

Rencontre avec M. Nizon, Edulang, Skola blog, le blog de Skolanet, Jeudi 29 mai 2008 : http://www.leblogdeskolanet.com/article-19961076.html

Repost 0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 11:13

Fausse pudeur, peut-être, je m'épanche toutefois un peu -ce que je n'aime pas faire-. J'ai appris hier ce que l'on qualifie pudiquement une mauvaise nouvelle. Un petit choc ! Vous savez celui qui vous laisse un peu groggy… celui qui vous fait interrompre ce que vous vouliez faire… celui qui vous donne le goût à rien.

Dominique CHABROLIN -un inconnu pour la plupart d'entre vous- s'en est allé et comme la formule le laisse entendre, il laisse une femme et 3 enfants avec un sentiment d'injustice, un goût amer parce qu'il était jeune et avait encore plein de choses à faire.

Alors que vient faire ce billet dans un blog sur les TICE... d'autant plus qu'il y a un petit moment que je n'ai rien publié.

Je souhaitais simplement revenir sur ce discours récurent qui veut nier cette possibilité -dans ce monde supposé virtuel des TIC- de nouer de véritables liens qui peuvent se construire à distance. En effet, ce fameux Dominique, je l'ai rencontré à Strasbourg il y a 3 ans par une journée d'hiver de janvier pour démarrer le suivi d'une formation à distance. 3 jours de regroupements comme aiment les qualifier les ingénieurs en e-formation. 3 journées à même de renforcer les liens. 3 journées et puis s'en va.

C'est dans ce cadre que pendant près d'une année -et d'ailleurs plus sur un plan amical- qu'il m'a été donné -à distance et uniquement- d'échanger, de collaborer avec lui sur des travaux, mais également en dehors.

Comme aime à le rappeler Adrien Ferro, l'antonyme de distance n'est pas présence, mais proximité et l'antonyme de présence est absence. Il différencie d’ailleurs de façon forte la notion de présence et de proximité. Il rappelle que "ce n'est pas parce que nous sommes à proximité que nous sommes forcément en présence de l'autre. On peut être à proximité et ne pas accepter l'altérité et on peut être à l’inverse à distance et se mettre en relation avec l'altérité de l'autre". La présence à distance peut donc trouver sa place.

C'est ce que j'ai eu le loisir d'expérimenter. Les 1000 kilomètres qui nous séparaient n'affectaient en rien notre présence quotidienne dans la vie de chacun. Somme toute une forme de compagnonnage remis au goût du jour. Plus d'un an de vie pleine et entière avec ses joies et ses peines qui s'en sont allées… et pas vraiment, car il reste toujours cette correspondance faite de mails et de documents qui montrent bien que cette virtualité n'est que de façade. En effet, qui peut se targuer de disposer d’une tranche de vie sur laquelle il peut revenir à loisir. Il a bien été là. Il ne s'agit pas d'un mirage.

Mais comme je vous l'ai dit, je suis "tice" ce matin, mais demain sera un autre jour.

Repost 0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 15:19

http://www.skolanet.com/skolablog/logorencontres.jpg

 

 

Nous avions annoncé en 2010 notre volonté de favoriser des rencontres en "real life" à la pointe de la bretagne. Eh bien voilà ! Après quelques semaines de préparations nous sommes vraiment hereux de vous inviter aux "1ères rencontres bretonnes des TICE et du e-learning" qui se dérouleront le 7 avril à Brest.

 

 

Programme...

 

2 tables rondes sont prévues pour cette Première :

En matinée nous aborderons transversalement le sujet des nouvelles technologies en pédagogie à partir d'une expérience brestoise de sensibilisation à la formation par Internet.

L'après midi sera dédiée aux PME. Des études nous donnent des informations sur les tendances dans les grandes entreprises, beaucoup moins sur les PME qui constituent pourtant la majeure partie des entreprises du territoire breton.

 

Par ailleurs, un open space sera aménagé afin de vous faire découvrir projets, expériences et entreprises du secteur du e-learning en Bretagne.

 

 

N'attendez plus ! Découvrez  le programme détaillé et inscrivez vous sur www.rencontres-elearning.org

 

Organisation:

Skolanet, agence techno-pédagogique - contact[at]skolanet.com - 02 98 43 80 36

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Manifestations
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 11:35

http://www.skolanet.com/skolablog/kpstartup.png

 

 

Le mobile learning est une tendance de fond qui va probablement s’accélérer dans les mois qui viennent. En effet un renouvellement des terminaux mobiles est en cours et la possibilité de résiliation des abonnements pourrait l’accélérer encore, sans parler des tablettes qui ont le vent en poupe…

 

 

 

Bref, Skolanet ne pouvait ignorer ce phénomène et après vous en avoir fait découvrir déjà quelques exemples, nous vous invitons aujourd’hui à réaliser simplement vos propres modules de m-learning ! En effet quelques logiciels commencent à sortir, nous avons testé pour vous Appcobra de la société KnowledgePresenter.

L’objectif de cet outil est de permettre à chacun de réaliser des applications à but pédagogique sous forme de quiz. Les questions du quiz se succèdent et donnent lieu à un score en fin de parcours.

 

http://www.skolanet.com/skolablog/appcobra.jpg

 

Le principe de fonctionnement d’appcobra est assez simple. En premier lieu vous déterminez le type de terminal pour lequel vous souhaitez produire votre quiz. Le programme est orienté Apple mais fonctionne aussi sous Androïd. Pour notre part nous avons décidé de créer une application pour iphone.

Le logiciel fonctionne comme un logiciel de création de présentation. Après quelques infos pratiques pour l’utilisateur, à chaque question est créé un nouvel écran qui constitue une nouvelle étape dans l’avancement du questionnaire. Vous pouvez compléter chaque écran par du texte ou des images par exemple. Des animations peuvent être liées à ces objets comme par exemple l’avancement à l’étape suivante mais aussi le lancement d’une page Web ou l’envoi d’un mail.

Les questions sont créées très simplement. Vous choisissez le type de question : choix multiples, hotspot, liste déroulante... Il suffit ensuite de créer un bouton de validation (2 clics) pour que la question soit prise en compte dans le score total. Vous pouvez dupliquer l'écran si vous avez des questions de même nature. Vous avez aussi la possibilité de renvoyer un feedback  à l’utilisateur ce qui peut s’avérer utile lors d’exercices formatifs.

http://www.skolanet.com/skolablog/appcobra2.jpg http://www.skolanet.com/skolablog/appcobra3.jpg
Liste déroulante Feedback en cas d'erreur

 

La prise en main du logiciel est assez simple. Nous avons testé les principales fonctionnalités et le résultat est assez probant. Une fois le questionnaire réalisé, vous pouvez le publier sur un serveur classique. Pour l’iphone, l’accès à l’application se fait via une URL qui propose à l’utilisateur d’ajouter un logo sur le bureau pour un accès direct. L’application fonctionne ensuite parfaitement comme vous pouvez le constater ici, pour ceux qui ont lu notre article sur les QR codes voici qui devrait vous simplifier la tâche :

 

http://www.skolanet.com/skolablog/skolappcode.jpg

 

Il nous reste encore quelques tests à faire comme par exemple l’introduction d’éléments multimédias dans les questions, la possibilité de disposer de plusieurs exercices distincts dans une même application ou encore la géolocalisation. Mais l’outil est très prometteur pour un coût abordable (un peu moins de 500€ TTC). Une version test de 30 jours vous permettra de vérifier si appcobra répond à vos objectifs.

 

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Logiciels
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 12:02

http://www.lefeuilletondeficelle.com/wp-content/uploads/2010/03/twitter.jpg

 

 

 

Il est des caps qui marquent les esprits. C’est le cas du chiffre rond des 500 followers  atteint cette semaine par le compte Twitter de Skolanet. L’occasion de partager sur ce que m’apporte Twitter au quotidien.

Ma vision de « lifelong -learner »pour commencer. J’apprécie particulièrement le côté synthétique de Twitter. Je l’utilise pour suivre les découvertes des uns et des autres et ainsi compléter petit à petit ma propre formation. C’est sans doute mon côté « curieux de nature » mais j’apprécie particulièrement les trouvailles de @pedagogTIC , @educasource ou @CEFORPmultimedia. Twitter me parait aussi intéressant sur le plan de la continuité dans la veille. En effet, certaines périodes sont plus chargées et prendre du temps pour creuser  un sujet n’est pas toujours facile. Avec Twitter, la veille se poursuit car elle reste alimentée en continu sur tel ou tel sujet. Ainsi on ne décroche pas complètement et il est possible de revenir sur certains points en période plus creuse. Twitter me parait donc particulièrement intéressant pour  élargir ses champs de compétences en limitant les contraintes d’une veille poussée. Ce qui ne l’exclut pas lorsqu’il s’agit d’approfondir une thématique, j’entends bien !

Twitter facilite également l’expression des expériences. Je ne suis pas vraiment fan des messages du type « la neige tombe » ou « je mange avec untel »… Même s’ils apportent un peu de vie au réseau. Par contre je trouve fort intéressant les relais d’expériences. @alozach twitte ses travaux avec ses élèves, j’aime bien savoir ce qui se passe dans les classes des autres formateurs et enseignants. @batier est le roi du direct et passe toujours quelques infos sur les conférences qu’il suit, on profite un peu de ses voyages !

Le réseau complète et élargit mes champs d’intérêts. Très orienté e-pédagogie dans un premier temps, le suivi de certains comptes m’ont permis d’aborder d’autres domaines. Je trouve les infos de @fbrahimi sur la e-réputation souvent pertinentes et l’eclectisme de @distriforce ne peut que séduire. Twitter permet donc de gouter dans le plat des autres et je suis aussi gourmand que curieux.

Twitter n’est pas forcément un réflexe pour ma part. Je twitte facilement des articles s’ils disposent d’un bouton approprié. Je propose à la lecture les articles de Skolanet. Je re-twitte aisément lorsqu’une info me parait intéressante. Je relais systématiquement  pour les annonces emplois de  @netfoad ou les infos bretonnes de @portailskoden par exemple. J’utilise Twitter via mon netvibes peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles je n’y pense pas systématiquement. Côté nomade c’est zéro. Twitter à partir de l’iphone je trouve cela trop contraignant. Côté collaboration au réseau, mes interventions sont donc très inconstantes. Non pas que je n’ai rien à dire mais que mon expression n’est pas automatique. Promis je vais essayer de vous faire (presque) tout partager !

Mon bilan pour Twitter est donc dans l’ensemble positif. L’intérêt de l’outil est indéniable et la limitation à 140 caractères en fait un outil percutant. Merci donc à nos 500 followers qui ont catalysé ce 264ème article du blog de Skolanet, et oui tous les comptes ne tombent pas justes !

 

En savoir plus:

 

La veille emploi de @netfoad : http://www.leblogdeskolanet.com/article-28346997.html

Une vidéo sur Twitter pour les débutants : http://videonoob.fr/web/twitter

Touts ce que vous avez toujoursvoulu savoir... : http://www.leblogdeskolanet.com/article-31841890.html

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Ingénierie
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 14:44

http://www.skolanet.com/skolablog/emeric3.jpgNous avions publié en 2009 une série d'interviews de professionnel de la formation sur la vocation pédagogique des blogs. Bien qu'une première synthèse ait été effectuée, Emeric Vidal s'est spontanément (et à 2 reprises, mille excuses pour le timing) proposé de répondre à l'interview, ce qui nous donne l'occasion de relancer cette série. Nous avons décidé de vous proposer cette fois des mises en lumière au format BD réalisées au moyen de stripcreator.

 

La parole est donc à Emeric (dont la représentation sous stripcreator n'est pas contractuelle !) :

 

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 
Bonjour je me présente je m'appelle Emeric Vidal j'ai 44 ans je suis formateur consultant indépendant dans les domaines de la vente du marketing et communication

 

A quelle occasion vous êtes vous lancé dans l'aventure des blogs ?
Au départ en utilisant le blog comme outil pédagogique auprès d'un groupe de stagiaires appartenant à un dispositif d'insertion.Le but recherché à travers la création d'un blog était de remettre les paticipants dans une démarche de projet. Forcément pour pouvoir utiliser cet outil j'ai été amené à m'autoformer sur la réalisation d'un blog et très logiquement j'ai créé le mien.

Que vous apporte cette expérience ?

cette expérience m'apporte une certaine satisfaction personnelle et professionnelle. En effet elle me permet de découvrir de nouvelles pratiques, de pouvoir créer des contenus, de partager et communiquer au sein de nouveaux réseaux. Question : qui n'a jamais voulu écrire un livre un jour? la tenue d'un blog permet de réaliser une petite partie de ce rêve caché : Le désir d'être lu!

(ah pyramide de Maslow quand tu nous tiens)
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
Au début principalement des difficultés d'ordres techniques vu que je ne suis pas un grand féru des NTIC. Ensuite faire un choix judicieux parmi tout les outils disponibles du web 2.0. Rendre le blog le plus agréable et ergonomique possible pour le surf des Internautes et enfin, bien évidement, gérer son planning temps. Effectivement la tenue d'un blog est chrono phage !

Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
Une partie de mon blog est consacrée à la présentation de mes activités de consultant formateur et la deuxième traite de mes pôles d'intérêt que sont la pédagogie et le web 2.0 .
http://www.skolanet.com/skolablog/emeric1
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ?  
  • Le moteur de recherche google web, google blog et google alertes.
  • Le flux RSS associé à google reader
  • Technorati et delicious (pour s'y retrouver).

Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?
  • Utilisation de documents partagés (googgle docs ou zoho writer).
  • Le blogging et les blogs forums (Affinitiz que j'utilise avec mes stagiaires pour faire du tutorat).
  • Le réseautage (youtube, slideshare ...). Depicto (le tableau blanc).

   Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?
  • Proposer une approche différente au niveau des outils pédagogiques
  • Permettre aux apprenants de réaliser un projet à travers les possibilités offerte par le web 2.0  - exemples : création d'une vidéo visible sur la toile ou un blog-magazine etc..,
  • Pouvoir partager et communiquer entre apprenants à travers le web

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?
  • Etre sur que les apprenants ont les méthodologies et les capacités d'être autoaprennant avec les NTIC
  • La disparité de niveau entre les pratiques face aux NTIC (notamment chez les apprenants adultes)
  • L'accessibilité au numérique haut débit pour tous (milieu rural/milieu urbain)

Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
Il est indispensable car c'est grâce à ce tutorat que l'on pourra corriger, orienter, évaluer, accompagner l'apprenant vers son objectif d'apprentissage. Le e-learning est outil supplémentaire dans le processus de formation d'un apprenant et s'intègre facilement dans un dispositif de formation
 
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
A mon avis l'évolution va être lente pour les formateurs. Elle sera nécessaire vu que les nouveaux apprenants (les générations à venir) auront complètement intégré les nouvelles technologies. Ils sont nés avec le web !
http://www.skolanet.com/skolablog/emeric2

Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?
les outils web feront partie intégrante de la caisse à outil du formateur ou enseignant.

Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
Comme je l'ai dit plus haut la formation en ligne est un formidable outil complémentaire à un dispositif de formation et ne peux à mon sens remplacer le présentiel.

Qui verra l'élève froncer les sourcils quand il ne comprend pas ?

 

En savoir plus :

 

Vous êtes pédago-blogueurs ? Participer au recueil de témoignages

Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 15:25

http://www.skolanet.com/skolablog/hqt/hqt1.jpg

 

Le futur apprenant qui cherche un cours de langues en ligne, est avant tout intéressé par un apprentissage rapide, motivant, interactif, et si possible à un prix raisonnable.

 

J’ai eu l’occasion de visiter le site de Hola ¿qué tal ? (HQT), et l’ai trouvé particulièrement  intéressant sur plus d’un point.

La méthode offre trois formules aux apprenants : Premium plus, Premium, et enfin Gratis.  Cette dernière offre gratuitement accès à la Communauté des étudiants, la visualisation de programmes TV, des activités en espagnol, la participation au forum des étudiants, et enfin 45 heures de matériel interactif. Les formules Premium et Premium Plus offrent des services complémentaires tels un certificat attestant du niveau atteint,un suivi constant des progrès réalisés, la correction des activités par des professeurs ou encore  des cours de conversation par vidéoconférence.

Les cours de HQT bénéficient d’un partenariat avec l’Instituto Cervantes, RTVE (la radio-télévision espagnole), le gouvernement de la Rioja entre autres. Cette méthode d’apprentissage est donc reconnue par des organismes officiels, et bénéficie de ressources conséquentes, en ce qui concerne les dernières technologies et les moyens interactifs (des films, des nombreuses enregistrements audiovisuels d’appuie à la mise en situation, etc.). Les élèves du cours ont, en plus, la possibilité de choisir un formule destinée à la préparation des examens officiels (DELE), reconnus par le Ministerio de Educación, et organisés par l’Instituto Cervantes (centre de diffusion de la langue et culture espagnole au monde).

 

 

 

Au moment de l’inscription, l’apprenant a accès à son espace personnel, dans lequel il trouve un tableau d’affichage d’activités, et un lien avec la communauté HQT. Dans celle-ci lui seront proposées des activités écrites à développer, des groupes de discussion, et l’accès au profil des autres apprenants. Dans ce même espace personnel, il peut consulter l’évolution de ses progrès par module, ainsi qu’un historique des activités réalisées. Avant de commencer les cours, un  test de niveau lui est proposé (90 exercices de compétences grammaticales et d’usage de la langue), au terme duquel il sera automatiquement dirigé vers le module correspondant à son niveau. Chaque apprenant a un agenda personnel, dans lequel seront notés les cours de conversation, les vidéoconférences, et autres évènements d’intérêt :

 

http://www.skolanet.com/skolablog/hqt/hqt2.jpg

 

Les cours se structurent à partir de trois niveaux. Chaque niveau comprend trois modules, eux-mêmes scindés en 9 unités didactiques autour d’un thème : se saluer, se présenter, les métiers, les familles, les gens, le corps et l’esprit…  Pour clore chaque unité, deux unités complémentaires de révision. Chaque unité se compose de dix étapes qui alternent apports du langage en contexte et activités de reformulation et de réemploi.

 

Le temps nécessaire pour compléter la leçon est indiqué au début de celle-ci. Chaque unité est présentée dans un index des contenus et une spécification des objectifs. J’ai trouvé particulièrement remarquables les petites scénettes vidéo de mise en situation sur lesquelles la méthode est basée.  Elles permettent d’avancer plus rapidement dans la compréhension du  fonctionnement du langage en contexte.  A chaque nouvelle activité, l’apprenant a la possibilité d’élargir ses compétences grammaticales et sociolinguistiques en  cliquant sur des tableaux explicatifs. Une fois réalisés les exercices d’une activité, le logiciel permet de sauvegarder les réponses. A gauche de l’écran des icônes offrent la possibilité d’imprimer les exercices, de refaire l’activité, d’obtenir la solution et de traduire les consignes. Les cours tiennent compte également du développement de stratégies d’apprentissage de la part des élèves.

Une banque de ressources est également à la disposition des apprenants dans la médiathèque. Ils y trouveront des vidéos (des émissions télé propres à HQT, sous forme de séries dans lesquelles apparaissent de manière récurrente les mêmes personnages), des liens vers d’autres organismes culturels (musées, Cervantes TV, lectures), des podcasts, et des textes divers.

 

http://www.skolanet.com/skolablog/hqt/hqt4.jpg

 

Holaquetal.com s’affirme comme un « centre de formation 2.0 », ce n’est pas usurpé. L’approche est complète et mobilise tous les atouts d’internet en sachant rester toujours simple dans les usages.

 

Es vuestro turno !

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 20:00

http://blog.bookbeo.com/wp-content/uploads/2009/09/lien-appli-QR.png

 

 

 

Vous avez certainement remarqué le développement des codes 2 D dans notre quotidien. Ces codes sont lisibles par les smartphones et renvoient l’utilisateur à des compléments d’informations. Voici quelques exemples de ce que le code 2D pourrait apporter au domaine de la formation.

 

L’apport  majeur du code est la transformation d’une simple feuille de papier en support multimédia. Ainsi vous pouvez compléter votre cours classique par des ressources complémentaires. Dans le domaine des langues par exemple vous avez la possibilité d’enrichir votre cours grâce à des fichiers sons. Dans le domaine professionnel, pourquoi ne pas utiliser une vidéo de démonstration pour illustrer tel ou tel processus de fabrication ? Les possibilités sont nombreuses, la seule limite aux usages est votre imagination.

L’autre raison du succès de ces codes réside dans l’extrême facilité d’accès et la mobilité de l’apprenant. Les codes sont lus par les téléphones portables reliés à Internet. Cela simplifie grandement l’accès aux ressources : inutile de devoir saisir une URL pour accéder à la ressource, le flash du code 2D vous y conduit directement. Cette immédiateté répond à la nécessaire réflexion ergonomique qui accompagne les solutions mlearning. En effet, il parait bien fastidieux de devoir saisir une adresse alors que l’habitude de cliquer sur un icône pour lancer une application semble se normaliser. Démonstration...

 

 

 

 

Enfin,  les sites et professionnels qui  regroupent  des services autour des codes 2D  se développent. 2 partenaires bretons peuvent vous aider à produire et utiliser des codes 2 D:

 

Bookbeo  a déjà une expérience en matière de formation . En effet cette jeune entreprise a développé en partenariat avec Jivé création le premier jeu de cartes multimédia : Starenmath. Dans ce jeu, chaque carte est illustrée par une ressource multimédia qui vient compléter des énigmes mathématiques : une vidéo pour expliquer la notion d’infini ou un lien vers Wikipedia pour découvrir les travaux de Georges Boole… Pour lire les fichiers vous devez télécharger l’application Bookbeo sur votre mobile. Bookbeo donne également la possibilité de géolocaliser l’utilisateur afin de diffuser un contenu au cas par cas en fonction du lieu de consultation  de l’utilisateur : une porte ouverte pour des applications dans le domaine des langues ou une diffusion de ressources pédagogiques à l’international.

 

Ikodz a une approche plus orientée réseau social. Après inscription sur un site vous pouvez agréger des liens pour un code unique. L’idée d’Ikodz est de proposer à chaque personne de diffuser sa carte d’identité numérique en diffusant ses identifiants sur les différents réseaux sociaux. Mais il est aussi possible d’agréger plus simplement des liens vers des sites et des ressources en ligne. On peut ainsi imaginer l’agrégation de liens pour un champ de compétences précis. Pour une thématique définie, l’utilisateur accède à un ensemble de ressources ciblées d’un simple clic. Il accède aux réseaux sociaux (professionnels) de l’enseignant référent pour échanger sur ses apprentissages dans une forme de tutorat nomade. A l’inverse de Bookbéo, ici vous pouvez utiliser une application générique pour lire le code (UpCode par exemple sur iPhone).

 

Outre ces partenaires qui vous accompagnent dans la conception au sens large, vous pouvez aisément tester les fonctionnalités des codes 2D sur le site « The 2D Code ». Ce site génère des codes pour 4 types d’information : carte de visites, URL, Numéro de téléphone ou du texte simple. Voilà le code pour accéder directement à notre site généré en une fraction de seconde.

 

http://www.skolanet.com/images/code2dskolanet.png

 

Vous êtes dubitatif ? J’ai récemment parcouru un manuel SVT de 6ème. Les liens qui y sont proposés tiennent parfois à peine sur une ligne, que d’erreurs de saisie possibles ! Si les jeunes apprenants ne sont pas encore équipés de Smartphones, la tendance technologique est à  la mobilité numérique, les codes 2D vont vite devenir accessibles pour tous !

 

En savoir plus :

 

Les codes 2D sur Wikipedia

Un exemple : "Code QR", blog La boite à outil du prof

"iPhone in education : Using QR code in the classroom", Olliebray.com

Un article très bien documenté (voir notamment le diaporama) : "Will QR codes take off in education ?", You are never alone, Australia

 

 

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Internet
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 07:02

 

http://www.skolanet.com/imagesblogs/salonjeuvideobrest.png

 

 

J’ai pu assister vendredi 29/10 à  la table ronde sur les serious-games organisée à l’occasion du salon des jeux vidéos de Brest.

Ambiance… Ici, macro-processeurs, lunettes 3D et parfois  bouchons d’oreilles sont de mise. Hardware en force, on est bien loin de toute idée pédagogique. Et pourtant… au détour des allées déambulent des jeunes déguisés en leur personnages préférés, ici un guerrier Ninja, là une poupée tout droit sortie de l’imagination des concepteurs de mangas. Le réel rencontre le virtuel… Le concept peut il se transposer au niveau éducatif dans un process par lequel l’apprenant réel s’identifierait à l’apprenant en ligne ?

 

 

Portons notre regard sur les quelques expériences qui nous sont proposées.

Jivé création, par les voix de Yann Cogan et Cyril Baudouin, nous font part de l’avancée de leur projet de serious game dédié aux maths en classe de 4ème. L’apprenant évolue dans un univers 3D « style Moyen-Age ». Il doit résoudre des énigmes, leur conceptualisation permet une meilleure mémorisation. Ainsi le pythagore est revu au travers d’un problème de pont-levis ou les équations par un calcul d’équilibre de poids de tablettes de chocolat… Un système de point permet une capitalisation des acquis et l’avancée dans le jeu.

La présentation suivante est plus proche de l’outil de simulation que du serious game. La présentation de Didhaptic pour l’entrainement des dentistes à la pose d’implant dentaire repose sur une utilisation de l’imagerie 3D pour simuler des actes de chirurgie. Le praticien peut s’entrainer autant qu’il le souhaite. L’intérêt de l’utilisation est évident pour le professionnel qui souhaite conserver sa clientèle… Mais peut-on parler réellement de serious game ? Finalement peu d’approche pédagogique, pas de scénario, pas de test de validation de la maitrise des gestes… pourtant il y a bien apprentissage des gestes métiers. Objectif atteint mais l’outil est il pédagogiquement optimal ou ne pourrait il pas être plus performant encore en l’associant à une démarche pédagogique plus raisonnée ?

SOS21 travaille sur le développement durable. La structure se présente comme un centre de ressources à thématique écologique. Le jeu SOS-21 qui y est présenté se définit comme « un jeu éthique multimédia, gratuit, en ligne, qui permet de sensibiliser et d'impliquer tous les acteurs "consommacteurs" (étudiants, salariés d'entreprises, ados, parents & grands parents) aux 3 dimensions du développement durable (social, économique, environnemental) au travers de leurs actes quotidiens. ». Avatar, systèmes de points, scénarios à multiples embranchements… on sent la patte du concepteur e-learning dans l’outil. L’objectif est clairement pédagogique et au-delà de la sensibilisation, le jeu permet d’appréhender un certain nombre de mécanismes… et de les mémoriser.

 

http://www.skolanet.com/imagesblogs/seriousgame.jpg

 

Les autres démonstrations s’appuient sur les travaux du CERV, Centre Européen de Réalité Virtuelle. De ce laboratoire ont émergées les sociétés Virtualys et CERVVAL qui proposent des usages pédagogiques de la réalité virtuelle. L’idée de la première est de « modéliser des comportements crédibles » afin de rendre la présence de la machine indétectable dans les univers virtuels. De l’avis de Virtualys, on se rapproche de l’intelligence artificielle. Pour CERVVAL, le serious game peut aussi se concevoir comme un outil d’aide à la décision. En ce sens il s’agit d’utiliser la réalité virtuelle pour immerger (images D, mouvements)  et interagir (gant tactile…) de façon autonome, ce qui renforce la crédibilité des situations. Au-delà de l’apprentissage, le jeu sérieux est un outil d’analyse et d’étude des interactions. La réalité virtuelle est peut-être une des clés pour réussir à atteindre les niveaux supérieurs dans la taxonomie de Bloom lors d’apprentissage individuels.

 

Au final, l’approche du serious game lors de ce salon des jeux nous permet de retenir  deux grandes tendances pour le développement des serious games : L’apport de la technique va permettre la construction d’univers de plus en plus réalistes à l’instar de ce que le jeu vidéo a su développer. Par ailleurs,  le serious game semble se développer pour des objectifs de plus en plus variés, ouvrant la porte à une utilisation de plus en plus pertinente des solutions de formation en ligne.

 

En savoir plus :


"Le serious game peut-il s'inscrire durablement dans les programmes de formatron ?" - B. Le Gars pour Skolanet

Sur le site de KTM-advance : De nombreux exemples de serious games


Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Ingénierie
commenter cet article