Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Skolanet

  • : Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • : Blog d'informations sur le e-learning et les TICE !
  • Contact

Découvrez Lectora en français

Lectora est un outil auteur qui permet de produire rapidement des contenus e-learning de grande qualité. Parmi les nombreux atouts de Lectora, la publication au format HTML est un plus pour développer dans un format particulièrement adapté au mobile learning.

Les démonstration s'appuient sur un exemple de module de formation destiné à un usage sur  tablettes.


Programme des séminaires en ligne (prévoir 30 à 45 minutes selon les questions) :
Mardi 22 et 29 novembre à 11h00.
Mardi 6 et 13 décembre à 11h00
Des séances à votre convenance sont envisageables au besoin.

 

S'inscrire

Recherche

Skolanet.org

Découvrez Skolanet.org

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 10:02

http://www.radio-emeraude.org/wp-content/uploads/2011/10/logohebdotransp.png

 

 

Radio Emeraude, radio diffusant en zone rurale sur la pointe Bretagne a été retenue par la Région Bretagne pour son projet « Heb!doWeb » (prononcer Hep do Web ! "en mode international").

 

Ce projet vise à vulgariser l’utilisation de sites Web orientés 2.0 à l’occasion d’une interview screencastée entre un journaliste animateur radio (François Brunner) et un consultant (Jean-François Le Cloarec de Skolanet). L’interview est diffusée en mode audio sur les ondes et reprise dans une version vidéo sur une chaine Youtube accessible depuis le site de la radio.

En termes de contenu, il s’agit de présenter chaque semaine un nouveau site web proposant un service original sur la toile. Chaque interview est organisée selon le plan suivant : Le premier temps permet de présenter la page d’accueil afin de situer le contexte et de proposer un accès rapide aux fonctionnalités du site. Le second temps consiste en une démonstration illustrée par une problématique réelle d’utilisation. Un troisième temps suggère d’autres possibilités d’utilisation.

Sur la forme,  les 2 participants essaient de trouver le juste compromis pour une diffusion radio et en ligne avec l’image. Plusieurs formats ont été testés, notamment grâce à l’aide de Laurent, un jeune aveugle qui a prêté son concours pour évaluer la compréhension des interviews par le seul canal audio. Le ton employé par les 2 protagonistes se veut convivial et parfois humoristique. Cela donne une autre façon de réaliser des présentations d’outils informatiques qui paraissent à mon sens plus dynamiques que des screencasts monocordes durant lesquels la voix n’apporte pas toujours l’effet escompté. Mais c’est mon avis forcément partisan, je vous invite à utiliser la zone de commentaires pour donner le vôtre.

 

This div will be replaced

 

 

Techniquement, les enregistrements sont effectués en studio. Le son est retraité et monté par le technicien de la radio pour un format 3-5 minutes. La vidéo de l’écran est réalisée grâce au logiciel Camtasia (inclus dans la suite Lectora Inspire). Elle est synchronisée avec le fichier son et légendée avec le même logiciel. Les fichiers disponibles en HD sont chargés sur une chaine youtube pour une consultation sur poste fixe mais aussi pour une diffusion en mode nomade (smartphones, tablettes).

La présentation de 40 sites est au programme, la pré-liste que nous avons réalisée est quasi complète mais nous sommes bien sur ouverts à toute nouvelle suggestion ! Bonne découverte de Heb!doWeb et venez découvrir chaque semaine un nouveau site !

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 21:32

photomoi.jpg

 

 

 

 

Skolanet est né en 2008 de la volonté de diplômés du Master MFEG Parcours e-learning (Rennes 1) qui voulaient se donner les moyens de poursuivre une relation engagée pendant cette année de formation.

 

 

 

 

Cette détermination s’est très rapidement inscrite sur 2 axes :

  • La volonté de ne pas rester "spectateur", mais de devenir "acteur" d’une véritable révolution en marche dans le monde de la formation en développant  des projets qui nous étaient chers.

Ce deuxième axe a donné naissance à un programme complet de formation,  le plus emblématique compte tenu de notre implantation régionale : Edubreizh  la plateforme dédiée à l’apprentissage de la langue bretonne en ligne. Après le recrutement de deux salariés et un an de développement, le site a été officiellement lancé le 17 octobre 2011.

 

Tout au long de ces 3 dernières années, nous nous sommes attachés à mieux appréhender le monde du e-learning. Forts de cet apprentissage, Skolanet évolue et va désormais se décliner au pluriel pour une nouvelle stratégie de développement : "Skolanet" comme Association loi 1901 et "Skolanet E-learning" comme Société COopérative et Participative (SCOP),  parce que  là aussi nous souhaitons marquer notre différence.

Skolanet, Association loi 1901, conservera son objet qui est de promouvoir le e-learning en concentrant son action sur les thématiques suivantes :

  • Via le blog de Skolanet et sur les réseaux sociaux la continuité de notre veille e-learning, même si vous avez sans doute noté notre appétit pour le m-learning ces derniers mois.  
  • L’organisation le 5 avril 2012 des secondes rencontres bretonnes des TICE et du e-learning à St Brieuc  permettra de rassembler les acteurs de notre territoire et au-delà, en reliant  le réel au virtuel.
  • La mise en place d’un "incubateur de projets e-learning" au sein duquel seront accueillis des porteurs de projet souhaitant bénéficier d’un appui dans leur démarche, à l’instar de ce que nous avons construit dans le développement du projet Edubreizh. Cet incubateur hébergera 5 projets cette année. Nous reviendrons prochainement sur le fonctionnement de cet incubateur et les premiers projets retenus.

Skolanet E-learning, SCOP, nous positionne comme prestataire de services. Cette activité  a été initié depuis deux ans, mais ce nouveau statut  donne un cadre plus large pour en prendre la pleine mesure. Nous nous adressons ainsi aux structures qui souhaitent s’engager dans une démarche e-learning en proposant notre expertise et  nos savoir-faire. Notre offre commerciale s’inscrit dans les champs suivants :

  • L’ingénierie de formation : Nous réalisons les études nécessaires à la mise en œuvre de dispositifs  e-learning cohérents en tenant compte des besoins et des contraintes de nos clients.
  • La conception de modules e-learning : A partir de l’expertise, des savoir-faire ou encore des ressources déjà disponibles, nous scénarisons les contenus pédagogiques afin d’obtenir des outils multimédias interactifs efficaces.
  • L’accompagnement des acteurs face aux évolutions d’Internet : Nous intervenons ici sur la large thématique du web 2.0 et animons des sessions plus particulièrement dédiées aux usages pédagogiques d’Internet.
  • La distribution des logiciels Trivantis : Snap !, Lectora Inspire ou encore Course Mill sont des logiciels distribués dans plus de 70 pays à travers le monde, Skolanet E-learning en est le relais pour la francophonie .

Si vous appréciez notre travail depuis déjà plus de 3 ans et que vous souhaitez développer vos  projets, n’hésitez pas à nous contacter, notre agence e-learning est basée en Bretagne et dispose d’un correspondant en région parisienne.

 

Jean-François LE CLOAREC
Directeur
SCOP Skolanet E-learning

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 13:45

http://www.radiobreizh.net/images/91d8780ec6d45e976f9e2392fd66.jpg

 

Après plus de 3 ans de développement, Skolanet lance Edubreizh, la première plateforme de formation e-learning dédiée à la langue bretonne. Cette plateforme grand public vise à favoriser l'accès à l'apprentissage pour de nouvaux locuteurs dans une langue jugée sérieusement menacée dans un rapport de l'Unesco.

Nous avons tenu une conférence de presse ce lundi 17 octobre en présence de Madame Lena Louarn, vice-présidente du Conseil Régional de Bretagne en charge des langues de Bretagne. Info :

 

Edubreizh.com vise à séduire un public d’adultes souhaitant apprendre la langue bretonne et devant faire face à 2 problèmes majeurs: l’éloignement géographique et le manque de disponibilités.

L’utilisateur souscrit un abonnement qui lui donne accès à un dispositif pédagogique complet basé sur la méthode Oulpan que nous avons adaptée et enrichie. Ainsi l’internaute apprenant accède à une plateforme de formation intégrant :

  • Plus de 150 ressources pédagogiques multimédias proposant l’étude de dialogues, des exercices de répétition, des quiz autocorrigés, des modules grammaticaux multimédias, des situations de pratiques illustrées, etc…

  • Un accès à des classes virtuelles animées par un expert pour des activités pédagogiques à l’oral et en temps réel

  • Un réseau d’apprenant tutoré pour être toujours en situation de communication et progresser par les échanges.

 

 

La méthode Edubreizh est développée par Skolanet, agence spécialisée dans le e-Learning et les usages pédagogiques du web. Le projet est né en 2008. Un premier test a été proposé aux internautes en 2009, il a permis d’analyser les attentes des internautes et de sélectionner les types d’activité répondant le mieux à leurs besoins. En 2010, l’aide de la Région Bretagne, dans le cadre du soutien à l'élargissement du champ de la formation des adultes à la langue bretonne de sa politique linguistique,a permis de concrétiser les objectifs par l’embauche de 2 salariés qui travaillent au développement des ressources pédagogiques et à l’animation du dispositif.

Deux formules sont disponibles. La première est particulièrement bien adaptée pour les personnes qui recherchent des outils pédagogiques complémentaires pour s’exercer entre 2 cours du soir par exemple (à partir de 15€ par mois). La seconde est idéale pour un apprentissage complet car elle associe pratique autoformative et accompagnement par un enseignant tuteur (à partir de 25€/mois).

Outre un partenariat privilégié avec Skol an emsav pour l’utilisation de la méthode Oulpan, Edubreizh.com est lié avec d’autres centres de formation et organisations culturelles bretonnes qui peuvent bénéficier de conditions préférentielles.

 

En savoir plus :

 

Région  Bretagne - Rannvro Breizh : http://www.bretagne.fr/internet/jcms/TFE080514_12310/accueil


Télécharger la plaquette presse en pdf
 


 

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:34

zakorito0

 

 

J’ai pu récemment échanger avec Jean-Michel Pagarnin, Directeur de Noe-education, sur la solution de conception de cours en ligne ZAKORITO.

 

 

Zakorito est un outil utilisable en ligne. Cela présente l’avantage de s’affranchir des contraintes d’installation et de mise à jour. Cela le rend aussi accessible facilement pour les enseignants qui peuvent ainsi travailler de n’importe quel endroit.

Zakorito est d’abord un outil de création de cours. Le service proposé permet de construire des cours en créant divers écrans interactifs (intégration d’images, sons, vidéos, flash…) mais aussi en prenant en compte les différents intervenants lors du parcours de formation. Cela permet de construire à la fois des parcours en ligne mais aussi d’utiliser Zakorito pour construire des parcours en présentiel.

Le concepteur est assisté dans sa tâche, ce qui lui permet d’organiser une progression pédagogique complète :

 

zakorito2

 

L’interface de réalisation d’un écran s’appuie sur un éditeur wysiwyg qui facilite la tâche de l’utilisateur.

 

zakorito1

 

Nous avons questionné M. Pagarnin sur la possibilité de restituer des devoirs en différents formats , la plateforme de test ne propose en effet que 3 formats de fichiers possibles (.pdf, .doc et .txt). Notre interrogation portait notamment sur l’usage de fichiers mp3, format qui nous parait aujourd’hui essentiel  pour les cours de langues. La réponse de Noe Education ne s’est pas faite attendre, la prochaine version de Zakorito prendra en compte notre demande :

 

http://www.skolanet.com/skolablog/zakoritoson.jpg

 

En second lieu, Zakorito est un outil de diffusion. En ce sens il peut se concevoir comme un LMS classique au sein duquel la diffusion s’accompagne d’outils de mise en relation entre apprenants et concepteurs. L’aspect « social learning » est toutefois limité par le fait que la dimension communicante se fait au niveau des concepteurs.

Au delà de ces aspects liés à la création de cours en ligne, Zakorito se veut plus particulièrement un outil de certification de compétences par la validation de modules. L’objectif proposé est de construire des grains de compétences, de pouvoir les réintroduire aisément dans des parcours de formation à la carte et de certifier la progression des apprenants :

 

zakorito4

 

« Dans sa nouvelle version, ZAKORITO intègre un module de création de certification. De manière très souple, il permet de fixer le niveau d’exigence de chacune des compétences à acquérir. Il suffit de sélectionner les modules de formation sur lesquels doit porter la certification, puis, compétence par compétence de déterminer le seuil acceptable d’acquisition de la compétence.

On peut donc désormais créer en quelques clicks une certification portant sur des dizaines de modules de formation et plus d’une centaine de compétences élémentaires. »

(extrait communiqué de presse - Zakorito 2011)


 

 

 

 

 

Zakorito nous parait un outil simple à prendre en main et plutôt intuitif. Le modèle économqiue repose sur un sytème d'abonnement, la version de test vous permettra de vous faire une idée en créant votre première leçon.

 

En savoir plus :

 

Le site Noe-education

Faire un test sur ZAKORITO

Quelques infos intéressantes sur les notions de connaissances et compétences : http://www.gestiondesconnaissances.be/connaissance.php

"La compétence, résultat de la connaissance inscrite dans les processus" - Guy Rivoire, 2004 - Le journal du Net

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 09:30

http://technomaniac.blog.lemonde.fr/files/2009/06/logo_carrefour_des_possibles.1246027200.gifNous avons participé aux briefs du carrefour des possibles Bretagne (organisation FING et TELECOM Bretagne) il y a une quinzaine de jours. Au-delà de la richesse de telles rencontres, chacun présente son projet en une 6 minutes, j’ai pu noter un ensemble d’éléments qui m’amènent à penser que le champ de l’éducation est désormais un vrai enjeu des usages du web.

 

Nous avons eu le privilège d’ouvrir le bal en présentant notre projet edubreizh.com, une plateforme pour apprendre la langue bretonne sur Internet. Nous aurons de prochaines occasions pour  vous en parler plus en détail. Mais comme nous vous savons impatient, voici une petite vidéo qui vous en donnera les grandes lignes.

 

 

Revenons à ce carrefour des possibles 2011 et commençons doucement, quoique, par Dialonics. Cette entreprise de Lannion dirigée par Franck Panaget travaille sur des personnages virtuels dialoguant. « Les solutions sont  adaptées aux agents conversationnels sur le web, aux serveurs vocaux interactifs, aux serious games, au e-learning, aux jeux vidéo, à la robotique. » : Serious games, e-learning…?  eh bien !  les voilà ces termes à consonance pédagogique (pour ne pas dire éducative) qui  montrent la montée en puissance de l’enseignement sur Internet. Le marché se serait il révélé aux développeurs alors même qu’en 2010 la France était annoncée à la traine ? L’enseignement : marché porteur pour les nouvelles technos ? Si les financements suivent, les perspectives offertes par ces mascottes version Dialonics sont effectivement étonnantes voire détonantes. Pour vous en convaincre faites le test et « parlez à Cécile » sur le site de Dialonics.

 

Poursuivons le brief avec Jog the Web. Nous avions déjà rencontré Sandrine de Montsabert lors des rencontres des TICE et du e-learning de Brest en avril. Jog the web est une façon d’agréger et partager des sites au sein d’un document unique accessible par une seule URL . Sandrine a particulièrement insisté sur la facilité de prise en main (à suivre dans un prochain article de Skolanet) et la grande aisance avec laquelle il est possible de créer des Jogs ou de les partager. Pour preuve le Jog réalisé lors des briefs. Un outils 100% à vocation pédagogique, et de 3 !

 

4ème projet faisant référence au monde de l’éducation : Tycata. Nous savons les étudiants pas toujours très à l’aise dans leurs recherches sur Internet. Cet universitaire de l’UBO propose donc un service ultra simple pour partager des liens remarquables. Si cette solution peut paraitre obsolète au regard de services proposés par ailleurs (Article Wikipedia sur la folksonomie), l’astuce réside dans la simplicité des 2 clics pour partager une URL.

 

Enfin, Simon Le Bayon a présenté l’extension de l’odyssée celtique. Il s’agit de créer de véritables générateurs de quête qui vont permettre de progresser par l’étude et la résolution de situations problèmes au sein d’un groupe de travail. Une large place est donc faite au collaboratif dans ce programme à la fois ludique et propice à l’acquisition de compétences.  Alors que le blended learning est au cœur des réflexions sur  l’évolution du e-learning (le Robert va devoir s’adapter en 2012), le mix  proposé ici va plus loin en intégrant intelligemment une dimension collaborative transversale s’exprimant dans le monde réel et virtuel. Recourir aux nouvelles technologies pour faire s’exprimer la multiplicité de la notion de compétence, voilà une projet bien séduisant sur le plan pédagogique qui n’est pas sans rappeler l’apprentissage par problème évoqué ici-même il y a quelques mois.

 

La dernière présentation s’est faite par la voix de Pierre Tremembert (Telecom Bretagne) qui nous a soumis le travail de 3 étudiants de Telecom Bretagne portant sur « une pédagogie verte ». Face aux multiples tirages papiers et aux pages  à moitié vides - de caractères et non de sens - des diaporamas des enseignants, les étudiants ont conçu un dispositif pour une conception plus écologique de la diffusion des « Powerpoints papier ». Mais la vidéo conçue par les étudiants de digital bamboo présente parfaitement le projet :

 

 

Voilà donc pour ce tour d’horizon pédagogique du brief du carrefour des possibles. Le développement de nouvelles solutions est en train de s’accélérer, tant sur le plan des capacités technologiques que dans l’innovation des usages, souhaitons que la dynamique de la e-pédagogie saura trouver son public au même titre que le e-commerce par exemple.

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 14:04

http://www.digitalpublishing.de/france/images/dp_logo.jpgJ’ai eu le plaisir de rencontrer le week-end dernier Alan Nobili, Directeur général de Digital publishing France. Cette entreprise affirme son activité comme suit :  « nous vous proposons un logiciel et des solutions spécialement conçus pour un apprentissage des langues en ligne vraiment efficace. ».  Au-delà du partage de nos impressions sur la langue bretonne et de l’initiative de Skolanet en la matière, nous avons échangé sur la formation en ligne des langues. 

 

 

La tendance s’oriente clairement sur le blended learning. L’apprentissage des langues en toute autonomie par des seuls  supports en ligne ne semble pas suffisant. En ce sens Alan rejoint les propos tenus par Michel Nizon lors des rencontres bretonnes du e-learning. En effet, le risque d’échec lors de la poursuite d’un parcours en ligne est encore important malgré la qualité grandissante des supports proposés. Encadrer l’apprenant, l’accompagner au quotidien, partager sa progression sont des facteurs motivationnels permis par les solutions en blended-learning. Au-delà de ces facteurs motivationnels propice à la mémorisation des contenus, le blended-learning permet des expressions que l’apprentissage en ligne seul ne permet pas : "En classe, nos formateurs permettent aux apprenants de mettre en pratique leurs compétences acquises en autoformation grâce à des jeux de rôle et des exercices de conversations professionnelles.".


Outre ces considérations à orientation pédagogique, nous avons évoqué la position des organismes financeurs à propos de la formation à distance. Il parait aujourd’hui clair pour les financeurs que les solutions orientées e-learning offrent toutes les garanties en matière de qualité de formation. L’efficacité des dispositifs mis en œuvre est reconnue et les modalités de formation en ligne intégrées. La difficulté réside sans doute dans la multiplicité des procédures selon les interlocuteurs. Sur le plan de l’organisation de la formation en premier lieu, par exemple certains organismes exigent un PIF (Protocole individuel de formation) et d’autres pas. Concernant la justification des temps de formation en second lieu. Si certains organismes se satisfont des temps de connexion de chaque apprenant, d’autres exigent un reporting beaucoup plus complet. Mais quelle que soit la demande, Alan Nobili précise qu’ »il faut pouvoir justifier ». J’ai évoqué plus haut les rencontres bretonnes des TICE et du e-learning. Une partie des débats avait porté sur l’avenir des plateformes LMS (En l’occurrence Syfadis) face au choix du « full web » (voir en vidéo ici - minute 16' environ). L’exigence du reporting semble confirmer la nécessité des plateformes comme outil de gestion et de justification des formations dispensées. Ceci est valable au niveau de la formation continue et pour des actions très orientées FOAD. L’utilisation d’une plateforme comme outil support de ressources pour les  formations en présentiel, n’en déplaisent aux défenseurs des ENT (Environnement numérique de Travail), est peut-être moins pertinente compte-tenu de la richesse des solutions de partages accessibles sur la toile.

 

http://digitalpublishing.files.wordpress.com/2007/06/alan_pola1.jpg?w=420&h=500

 

Je souhaitais aussi  aborder avec Alan le marché de la formation en France. « Marché » et « Formation », ces 2 termes peuvent pourtant paraitre antagonistes vus sous un angle éthique. Mais sil ‘on porte un regard plus économique, et que l’on accède à cette logique de marché, on se rend compte que le marché français semble bel et bien faussé. La mise en œuvre de procédures administratives différentes, la disparité des soutiens publics selon les centres, les choix  politiques sur les secteurs à financer...en perturbent le fonctionnement. Cela pose finalement peu de problèmes dans un contexte franco-français, chaque acteur de la formation intègre les variables du marché dans son ingénierie de formation. L’approche est plus complexe dans le cadre la formation en ligne qui a vocation à s’ouvrir à l’international, et c’est le cas des langues. Ainsi, comment viser une offre adaptée alors même que les segments de la cible sont  disproportionnés les uns par rapport aux autres ? De nombreuses incertitudes planent sur l’organisation du marché, par conséquent le prix du savoir n’est pas toujours aisé à déterminer .

 

Enfin, nous avons discuté sur le e-learning dans les TPE/PME . Il ya a des difficultés à s’engager dans la voie de la formation en ligne. Si le DIF (Droit Indivisuel à la Formation) contribue aux disparités précédemment évoquées, il parait néanmoins une opportunité à saisir pour  que la formation ne concerne pas que les grands groupes. Il y a des difficultés à définir le cadre précis dans lequel des formations pour TPE/PME pourraient trouver leur place. Afin d’y parvenir et de jouer sur des effets de seuil, l’initiative de la réflexion peut trouver écho au niveau  des syndicats professionnels ou des chambres consulaires. Engager la réflexion à des niveaux plus larges permettrait un essaimage des pratiques propice à une plus grande accessibilité à la formation pour les entreprises de toutes tailles.

 

En substance, tout concepteur de formation en ligne retrouvera à minima ces quelques points dans la construction de ses dispositifs de formation. Le champ des langues est sans doute  encore plus concerné compte-tenu de la forte concurrence internationale, peut-être un sujet à inscrire au programme de la seconde édition des rencontres bretonnes des TICE et du e-learning ?

 

En savoir plus :

L'exemple d'un Protocole Individuel de Formation

Le reporting : Un exemple complet

Sur la formation et le marché : La documentation Française " Le prix du savoir"

 

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 13:44

Cet homme a un véritable point de vue sur le e-learning... Cet homme, c’est Michel NIZON, Président de la société Edulang.

Michel NIZON n’est pas véritablement un inconnu pour les lecteurs de Skolanet. Nous lui avons en effet consacré un article il y a 3 ans. Il avait accepté à l’époque de nous accueillir et de nous consacrer un peu de son temps.

Michel NIZON n'est pas à un paradoxe prêt. Dans un secteur d’activité où les entreprises sont plutôt concentrées  sur la région parisienne ; Edulang, sa société, est situé au fin fond du Finistère plus précisément à Morlaix. Comme l'indique le site web de l'entreprise, "Edulang conçoit, édite et diffuse des contenus innovants pour l'apprentissage de l'anglais de la communication internationale".

Alors quand nous avons décidé d’organiser le 7 avril 2011 à Brest les "1ères rencontres bretonnes des TICE et du e-learning", et que nous avons commencé à rechercher des intervenants pour une des tables rondes intitulée : "La formation en ligne peut-elle s'adapter aux PME ? Nous devons bien l’avouer son nom est arrivé tout naturellement.

En effet, Michel NIZON a une particularité. Dans l’univers parfait du e-learning, il dénote un peu. Il a un franc parlé. 

Sans jeux de mots -ou si peu que vous voudrez me pardonner-, Monsieur Edulang ne pratique pas la langue de bois. On peut même dire qu’il n'a pas sa langue dans sa poche. Quoi de mieux pour animer un débat ?

En effet, et ce n’est pas là la moindre de ses qualités, il a le sens de la formule. Si vous avez visionné la bande d’annonce de son intervention, vous avez sans doute apprécié :

"C'est comme le monstre du Loch Ness... tout le monde parle du e-learning et des PME mais personne ne l'a vraiment vu !"

Je laisse ceux qui n’ont pas eu l’occasion de la découvrir de la regarder ou ceux qui l'ont apprécié de la revoir de nouveau.

 

 

Bon ! Trêve de bavardage, je vous laisse découvrir l’intervention de Michel NIZON (15 minutes) et une première partie du débat qui a suivi (10 minutes).

 

 

PS : Les personnes qui n’ont pu assister en direct/live aux 1ères rencontres bretonnes des TICE et du e-learning pourront découvrir au cours du mois de mai les vidéos des différentes interventions.

 

Pour en savoir plus

Les "1ères rencontres bretonnes des TICE et du elearning", Brest, L'escale, le 7 avril 2011 : http://www.rencontres-elearning.org

Le site web d'Edulang : http://www.edulang.com

Le blog d'Edulang : http://blog.edulang.com

SnaPanda Edulang: A l’aide de votre smartphone, visez un mot anglais, touchez-le, et SnaPanda vous en donne sa définition! : http://www.youtube.com/watch?v=YGS4frJpJnk

 

Billet relatif

Rencontre avec M. Nizon, Edulang, Skola blog, le blog de Skolanet, Jeudi 29 mai 2008 : http://www.leblogdeskolanet.com/article-19961076.html

Repost 0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 11:13

Fausse pudeur, peut-être, je m'épanche toutefois un peu -ce que je n'aime pas faire-. J'ai appris hier ce que l'on qualifie pudiquement une mauvaise nouvelle. Un petit choc ! Vous savez celui qui vous laisse un peu groggy… celui qui vous fait interrompre ce que vous vouliez faire… celui qui vous donne le goût à rien.

Dominique CHABROLIN -un inconnu pour la plupart d'entre vous- s'en est allé et comme la formule le laisse entendre, il laisse une femme et 3 enfants avec un sentiment d'injustice, un goût amer parce qu'il était jeune et avait encore plein de choses à faire.

Alors que vient faire ce billet dans un blog sur les TICE... d'autant plus qu'il y a un petit moment que je n'ai rien publié.

Je souhaitais simplement revenir sur ce discours récurent qui veut nier cette possibilité -dans ce monde supposé virtuel des TIC- de nouer de véritables liens qui peuvent se construire à distance. En effet, ce fameux Dominique, je l'ai rencontré à Strasbourg il y a 3 ans par une journée d'hiver de janvier pour démarrer le suivi d'une formation à distance. 3 jours de regroupements comme aiment les qualifier les ingénieurs en e-formation. 3 journées à même de renforcer les liens. 3 journées et puis s'en va.

C'est dans ce cadre que pendant près d'une année -et d'ailleurs plus sur un plan amical- qu'il m'a été donné -à distance et uniquement- d'échanger, de collaborer avec lui sur des travaux, mais également en dehors.

Comme aime à le rappeler Adrien Ferro, l'antonyme de distance n'est pas présence, mais proximité et l'antonyme de présence est absence. Il différencie d’ailleurs de façon forte la notion de présence et de proximité. Il rappelle que "ce n'est pas parce que nous sommes à proximité que nous sommes forcément en présence de l'autre. On peut être à proximité et ne pas accepter l'altérité et on peut être à l’inverse à distance et se mettre en relation avec l'altérité de l'autre". La présence à distance peut donc trouver sa place.

C'est ce que j'ai eu le loisir d'expérimenter. Les 1000 kilomètres qui nous séparaient n'affectaient en rien notre présence quotidienne dans la vie de chacun. Somme toute une forme de compagnonnage remis au goût du jour. Plus d'un an de vie pleine et entière avec ses joies et ses peines qui s'en sont allées… et pas vraiment, car il reste toujours cette correspondance faite de mails et de documents qui montrent bien que cette virtualité n'est que de façade. En effet, qui peut se targuer de disposer d’une tranche de vie sur laquelle il peut revenir à loisir. Il a bien été là. Il ne s'agit pas d'un mirage.

Mais comme je vous l'ai dit, je suis "tice" ce matin, mais demain sera un autre jour.

Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 15:25

http://www.skolanet.com/skolablog/hqt/hqt1.jpg

 

Le futur apprenant qui cherche un cours de langues en ligne, est avant tout intéressé par un apprentissage rapide, motivant, interactif, et si possible à un prix raisonnable.

 

J’ai eu l’occasion de visiter le site de Hola ¿qué tal ? (HQT), et l’ai trouvé particulièrement  intéressant sur plus d’un point.

La méthode offre trois formules aux apprenants : Premium plus, Premium, et enfin Gratis.  Cette dernière offre gratuitement accès à la Communauté des étudiants, la visualisation de programmes TV, des activités en espagnol, la participation au forum des étudiants, et enfin 45 heures de matériel interactif. Les formules Premium et Premium Plus offrent des services complémentaires tels un certificat attestant du niveau atteint,un suivi constant des progrès réalisés, la correction des activités par des professeurs ou encore  des cours de conversation par vidéoconférence.

Les cours de HQT bénéficient d’un partenariat avec l’Instituto Cervantes, RTVE (la radio-télévision espagnole), le gouvernement de la Rioja entre autres. Cette méthode d’apprentissage est donc reconnue par des organismes officiels, et bénéficie de ressources conséquentes, en ce qui concerne les dernières technologies et les moyens interactifs (des films, des nombreuses enregistrements audiovisuels d’appuie à la mise en situation, etc.). Les élèves du cours ont, en plus, la possibilité de choisir un formule destinée à la préparation des examens officiels (DELE), reconnus par le Ministerio de Educación, et organisés par l’Instituto Cervantes (centre de diffusion de la langue et culture espagnole au monde).

 

 

 

Au moment de l’inscription, l’apprenant a accès à son espace personnel, dans lequel il trouve un tableau d’affichage d’activités, et un lien avec la communauté HQT. Dans celle-ci lui seront proposées des activités écrites à développer, des groupes de discussion, et l’accès au profil des autres apprenants. Dans ce même espace personnel, il peut consulter l’évolution de ses progrès par module, ainsi qu’un historique des activités réalisées. Avant de commencer les cours, un  test de niveau lui est proposé (90 exercices de compétences grammaticales et d’usage de la langue), au terme duquel il sera automatiquement dirigé vers le module correspondant à son niveau. Chaque apprenant a un agenda personnel, dans lequel seront notés les cours de conversation, les vidéoconférences, et autres évènements d’intérêt :

 

http://www.skolanet.com/skolablog/hqt/hqt2.jpg

 

Les cours se structurent à partir de trois niveaux. Chaque niveau comprend trois modules, eux-mêmes scindés en 9 unités didactiques autour d’un thème : se saluer, se présenter, les métiers, les familles, les gens, le corps et l’esprit…  Pour clore chaque unité, deux unités complémentaires de révision. Chaque unité se compose de dix étapes qui alternent apports du langage en contexte et activités de reformulation et de réemploi.

 

Le temps nécessaire pour compléter la leçon est indiqué au début de celle-ci. Chaque unité est présentée dans un index des contenus et une spécification des objectifs. J’ai trouvé particulièrement remarquables les petites scénettes vidéo de mise en situation sur lesquelles la méthode est basée.  Elles permettent d’avancer plus rapidement dans la compréhension du  fonctionnement du langage en contexte.  A chaque nouvelle activité, l’apprenant a la possibilité d’élargir ses compétences grammaticales et sociolinguistiques en  cliquant sur des tableaux explicatifs. Une fois réalisés les exercices d’une activité, le logiciel permet de sauvegarder les réponses. A gauche de l’écran des icônes offrent la possibilité d’imprimer les exercices, de refaire l’activité, d’obtenir la solution et de traduire les consignes. Les cours tiennent compte également du développement de stratégies d’apprentissage de la part des élèves.

Une banque de ressources est également à la disposition des apprenants dans la médiathèque. Ils y trouveront des vidéos (des émissions télé propres à HQT, sous forme de séries dans lesquelles apparaissent de manière récurrente les mêmes personnages), des liens vers d’autres organismes culturels (musées, Cervantes TV, lectures), des podcasts, et des textes divers.

 

http://www.skolanet.com/skolablog/hqt/hqt4.jpg

 

Holaquetal.com s’affirme comme un « centre de formation 2.0 », ce n’est pas usurpé. L’approche est complète et mobilise tous les atouts d’internet en sachant rester toujours simple dans les usages.

 

Es vuestro turno !

Repost 0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 18:43

http://www.quickprez.com/apps/main/static/img/quickprez-logo-350.png

 

Parmi les commentaires sur notre blog, s’est glissé la proposition d’utilisation de Quickprez, une solution de classe virtuelle simplifiée.

 

 

 

Le principe des classes virtuelles est de pouvoir animer des cours à distance. L’enseignant intervient avec une un micro et une webcam. Au-delà de la simple visio-conférence, les systèmes de classe virtuelle donnent la possibilité de diffuser des contenus par le biais de diaporamas par exemple. Les systèmes proposent également un tableau blanc pour illustrer des propos et apporter des compléments. La classe est gérée par l’enseignant qui exerce un contrôle sur les participants en leur accordant la possibilité de prendre la parole par exemple.

 

L’entrée dans une classe virtuelle se fait généralement après attribution d’un identifiant et d’un mot de passe. Et c’est ce point d’entrée que j’ai retenu pour vous parler de Quickprez. En effet, ici, pas d’identifiant ni de mot de passe mais une simple URL à laquelle se connecte l’apprenant. C’est cette URL que vous allez transmettre à vos apprenants pour qu’ils participent à la classe. La navigation dans l'outil est ensuite bien conçue et très intuitive.

 

Quickprez est un outil de classe virtuelle simplifié. En terme de présentation il permet la diffusion de documents sous plusieurs formats. Cela suppose donc un travail en amont dans la construction de la séquence pédagogique. En ce sens il y a une vraie distinction avec un simple logiciel de vidéoconférence. L’enseignant a à sa disposition quelques outils pour rendre sa présentation plus dynamique : surlignage , zoom, encadré. Par contre il ne dispose pas de tableau blanc sur lequel il pourrait écrire en direct et/ou construire des schémas pour illustrer ses propos. L’interactivité est aussi assez limitée. Si la fonction webcam permet d’humaniser le déroulement de la présentation, le public ne peut intervenir que par un chat qui suppose une certaine aisance dans l’utilisation du clavier.

 

 

La fonction d’intégration est intéressante. Elle permet de diffuser de façon simple l’adresse de connexion à la classe. Vous pouvez par exemple prévenir les lecteurs de votre site que vous présenterez en direct et en mode interactif telle ou telle formation à une date et une heure bien précise. D’un simple clic vos lecteurs vont pouvoir accéder à votre présentation Quickprez. Vous pouvez même réserver l’accès à des participants ciblés en protégeant votre classe par un code ou une demande d’invitation à valider.

 

Pas d’informations actuellement sur le site concernant le modèle d’affaire. Mais Skolanet s’est renseigné pour vous ! Notons au passage l'excellente réactivité de l'équipe de Quickprez. Julien Bouquillon (consultants nouvelles technologies - www.revolunet.com) annonce un positionnement aux alentours d’une trentaine d’euros par animateur et par mois. Il insiste sur le nombre illimité de conférences possibles et nous annonce les développements en cours :

 

• Possibilité de diriger les participants vers une page web et d'indiquer des zones dessus

• Possibilité de remplir ensemble des formulaires web

• Integration de QuickPrez dans n'importe quel site pour rentrer en contact avec ses visiteurs

 

 

Quickprez apparait donc comme un outil alternatif pour présenter simplement des documents, sans installation de logiciels, ce qui peut être un frein à l’utilisation de systèmes comme skype par exemple. Le choix de la simplicité permet de ne pas s’encombrer des très nombreux paramètres qui font par ailleurs la richesse des classes virtuelles. Les futures possibilités trouveront aussi certainement leurs adeptes dans le domaine de la démonstration de logiciels ou de l’assistance informatique en direct « online ».

 

En savoir plus :

 

Accédez au site de Quickprez pour un test grandeur nature !

Repost 0
Published by jf.lecloarec - dans Acteurs du e-learning
commenter cet article