Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De Skolanet

  • : Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • Le blog de Skolanet ! [ e-learning - elearning - learning - distance-learning - e-formation - eformation - formation - formation a distance - foad - nte - tice - coaching - formateur - tuteur ]
  • : Blog d'informations sur le e-learning et les TICE !
  • Contact

Découvrez Lectora en français

Lectora est un outil auteur qui permet de produire rapidement des contenus e-learning de grande qualité. Parmi les nombreux atouts de Lectora, la publication au format HTML est un plus pour développer dans un format particulièrement adapté au mobile learning.

Les démonstration s'appuient sur un exemple de module de formation destiné à un usage sur  tablettes.


Programme des séminaires en ligne (prévoir 30 à 45 minutes selon les questions) :
Mardi 22 et 29 novembre à 11h00.
Mardi 6 et 13 décembre à 11h00
Des séances à votre convenance sont envisageables au besoin.

 

S'inscrire

Recherche

Skolanet.org

Découvrez Skolanet.org

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 14:44

http://www.skolanet.com/skolablog/emeric3.jpgNous avions publié en 2009 une série d'interviews de professionnel de la formation sur la vocation pédagogique des blogs. Bien qu'une première synthèse ait été effectuée, Emeric Vidal s'est spontanément (et à 2 reprises, mille excuses pour le timing) proposé de répondre à l'interview, ce qui nous donne l'occasion de relancer cette série. Nous avons décidé de vous proposer cette fois des mises en lumière au format BD réalisées au moyen de stripcreator.

 

La parole est donc à Emeric (dont la représentation sous stripcreator n'est pas contractuelle !) :

 

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 
Bonjour je me présente je m'appelle Emeric Vidal j'ai 44 ans je suis formateur consultant indépendant dans les domaines de la vente du marketing et communication

 

A quelle occasion vous êtes vous lancé dans l'aventure des blogs ?
Au départ en utilisant le blog comme outil pédagogique auprès d'un groupe de stagiaires appartenant à un dispositif d'insertion.Le but recherché à travers la création d'un blog était de remettre les paticipants dans une démarche de projet. Forcément pour pouvoir utiliser cet outil j'ai été amené à m'autoformer sur la réalisation d'un blog et très logiquement j'ai créé le mien.

Que vous apporte cette expérience ?

cette expérience m'apporte une certaine satisfaction personnelle et professionnelle. En effet elle me permet de découvrir de nouvelles pratiques, de pouvoir créer des contenus, de partager et communiquer au sein de nouveaux réseaux. Question : qui n'a jamais voulu écrire un livre un jour? la tenue d'un blog permet de réaliser une petite partie de ce rêve caché : Le désir d'être lu!

(ah pyramide de Maslow quand tu nous tiens)
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
Au début principalement des difficultés d'ordres techniques vu que je ne suis pas un grand féru des NTIC. Ensuite faire un choix judicieux parmi tout les outils disponibles du web 2.0. Rendre le blog le plus agréable et ergonomique possible pour le surf des Internautes et enfin, bien évidement, gérer son planning temps. Effectivement la tenue d'un blog est chrono phage !

Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
Une partie de mon blog est consacrée à la présentation de mes activités de consultant formateur et la deuxième traite de mes pôles d'intérêt que sont la pédagogie et le web 2.0 .
http://www.skolanet.com/skolablog/emeric1
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ?  
  • Le moteur de recherche google web, google blog et google alertes.
  • Le flux RSS associé à google reader
  • Technorati et delicious (pour s'y retrouver).

Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?
  • Utilisation de documents partagés (googgle docs ou zoho writer).
  • Le blogging et les blogs forums (Affinitiz que j'utilise avec mes stagiaires pour faire du tutorat).
  • Le réseautage (youtube, slideshare ...). Depicto (le tableau blanc).

   Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?
  • Proposer une approche différente au niveau des outils pédagogiques
  • Permettre aux apprenants de réaliser un projet à travers les possibilités offerte par le web 2.0  - exemples : création d'une vidéo visible sur la toile ou un blog-magazine etc..,
  • Pouvoir partager et communiquer entre apprenants à travers le web

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?
  • Etre sur que les apprenants ont les méthodologies et les capacités d'être autoaprennant avec les NTIC
  • La disparité de niveau entre les pratiques face aux NTIC (notamment chez les apprenants adultes)
  • L'accessibilité au numérique haut débit pour tous (milieu rural/milieu urbain)

Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
Il est indispensable car c'est grâce à ce tutorat que l'on pourra corriger, orienter, évaluer, accompagner l'apprenant vers son objectif d'apprentissage. Le e-learning est outil supplémentaire dans le processus de formation d'un apprenant et s'intègre facilement dans un dispositif de formation
 
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
A mon avis l'évolution va être lente pour les formateurs. Elle sera nécessaire vu que les nouveaux apprenants (les générations à venir) auront complètement intégré les nouvelles technologies. Ils sont nés avec le web !
http://www.skolanet.com/skolablog/emeric2

Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?
les outils web feront partie intégrante de la caisse à outil du formateur ou enseignant.

Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
Comme je l'ai dit plus haut la formation en ligne est un formidable outil complémentaire à un dispositif de formation et ne peux à mon sens remplacer le présentiel.

Qui verra l'élève froncer les sourcils quand il ne comprend pas ?

 

En savoir plus :

 

Vous êtes pédago-blogueurs ? Participer au recueil de témoignages

Repost 0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 17:43
Skolanet a mené une série d'interviews d'experts en formation et usage des TICE qui animent ou co-animent un blog. L'objectif de ces interviews était de recueillir des témoignages afin de produire cette synthèse en 3 points. Ce document est co-produit par les interviewés en utilisant Google-doc comme outil collaboratif.

 

Le premier point concerne l'activité de blogueur. Nous trouvons dans le blog un moyen de partager et diffuser nos expériences. Le blog est aussi un outil de partage d'informations: "Je voulais pouvoir échanger des découvertes et idées avec les professionnels du domaine." - J. Hidalgo. Enfin, bloguer est pour certains d'entre nous une manière efficace de repenser ses pratiques: "Ecrire sur mon blog me permet de poser par écrit des constatations, faire la synthèse de ce que je surveille lors de ma veille techno-pédagogique, et pouvoir renvoyer facilement à des liens, articles, vidéos partagés sur mon blog". - S. Leprince. Si les possibilités d'usages des blogs sont riches, le facteur temps est très limitant: "Le temps ! Cela me demande un peu de temps pour organiser ces idées et pour rédiger les billets." - C. Batier. Ce qui explique l'utilisation quasi-systématique de Twitter comme outil complémentaire: "J’aimerais avoir deux vies pour pouvoir me dédoubler et être en permanence à observer ce qui se dit et fait sur le Net et vivre une vie réelle normale!" - I. dremeau.

 

http://www.fsagx.ac.be/gp/sablier.gif

 

Le second point de notre analyse porte sur les outils de travail du "pédago-blogueur". Google, Twitter et flux RSS ont une place réservée dans notre trousse à outils. Mais vous trouverez aussi dans notre atelier les plateformes LMS et tous les sites orientés web 2.0. Nous sommes unanimes sur le fait que ces outils doivent faciliter notre tâche et ouvrir de nouvelles façon de travailler, mais qu'ils ne se substituent en rien à notre fonction d'enseignant-tuteur: "Comme un jongleur, un formateur s'amuse avec ce qu'il a sous la main. L'improvisation est importante ! Pour un spectacle bien préparé, le jongleur, comme le formateur choisira les outils les plus adaptés au moment et au public. - O. Carbone. Cette importance du tutorat est jugée indispensable pour la réussite de la formation: "Si on admet que la formation en ligne, comme toute formation, vise la construction de connaissances, le développement de savoir-faire et de savoir-être, le tutorat est alors indispensable et un facteur déterminant de l'atteinte de leurs objectifs par les apprenants." - J.Rodet.

 

http://www.ecrans.fr/local/cache-vignettes/L450xH291/arton2863-e6516.jpg

 

Enfin le 3ème point concerne les perspectives d'évolutions de nos métiers. L'école ne disparaitra pas car elle est un lieu d'interaction privilégié: "L'école est l'apanage de toute société dite 'civilisée' et ne pourra à priori pas disparaitre tant que cette civilisation perdurera." - C. Jaeglin. Cette interaction forte permet de diffuser des connaissances de base, de disposer d'un socle de compétences commun pour pouvoir progresser. Mais nous sommes assez d'accord pour dire que la formation ne consistera plus à diffuser des connaissances académiques: "Je vois bien déjà l'intérêt du micro-learning (petites grains de cours, exemple une fonction d'un logiciel en 3 minutes vidéo à l'appui) sur les terminaux (iPhone, HTC...). Ces connaissances seront rapidement accessibles en ligne et notre rôle sera d'aider à leur appropriation et à leur manipulation."-J. Deiss. L'apprenant sera davantage acteur de sa formation, un acteur inscrit dans une démarche de co-apprentissage au sein de réseaux sociaux de plus en plus étendus: "Le formateur devra proposer (des projets, des recherches) aux étudiants, les guider dans leur apprentissage, et faire office de conseiller." - F. Gily.

 

http://www.doulevant.info/images/gal-arch2006/016-haute-marne-avril-2006-ordinateurs-ecole-primaire-sommevoire.PV__.jpg

 

En conclusion, nous sommes convaincus de vivre une révolution des concepts pédagogiques au cours de laquelle le Professeur devient un facilitateur d'acquisition de compétences: "Le modèle actuel aura disparu et nous serons tous des auto-apprenants." - R. Peirano.

 

"Les pédago-blogueurs": Tous les témoignages
    
#1 Ocarbone
     
#2 Profgeek 
    
#3 Jacques Rodet 
   
#4: Jérôme Hidalgo

#5 Stéphane Leprince

#6 Jérôme Deiss

#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin

 

Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 13:38
"Pédago-blogueurs"
 
Bonjour, Christophe Jaeglin , professeur d'allemand , passionné de langues et de nouvelles technologies. Je suis rédacteur de la rubrique allemand du Café Pédagogique, webmestre du site "Allemand pour Enseignants" et j'ai plusieurs blogs dont "Enseignant Web2.0 et Langues". Je suis impliqué dans des projets Pairform@nce' , concepteur de scénarios pédagogiques et tuteur Foad.
      
              
A quelle occasion vous êtes vous lancée dans l'aventure des blogs ?

En remarquant que mon site statique ne me permettait pas de faire des mises à jour aussi rapides que nécessaire, lors de formations de formateurs notamment ou lors d'un travail avec mes élèves.
   
Que vous apporte cette expérience ?

Beaucoup de travail, mais également de joie et un sentiment d'être utile aux autres  

Quelles difficultés rencontrez-vous ?
      

Le manque de temps surtout pour être réactif et la frustration de ne pas pouvoir faire des essais avec tous les sites web 2.O ou logiciels intéressants que je rencontre.

           
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
   
Je m'intéresse à tout ce qui peut être utile à un enseignant de langues "dans l'exercice de ses fonctions".


Les outils du pédago-blogueur
    
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ?

    
Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?

  • un téléphone avec 90 000 applications en connexion illimitée au net (sans se ruiner ;)
  • une plateforme avec des outils intégrés et un seul identifiant de connexion (de type Moodle)
  • un bureau virtuel (avec des partages)
  • un tout intégré:  GoogleDocs-GoogleWave- Google_ce_qui_va_sortir
     
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne
      
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?
    
  •  le côté social et collaboratif en temps réel (ex. du wiki)
  •  la rapidité des échanges
  •  l'accès 24h/24 au contenu , avec un choix quant aux outils synchrones et asynchrones

     

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     

  • les 3 points forts , quand ceux-ci sont mal utilisés
  • la perception négative de l'utilisateur lambda qui associe automatiquement NTIC avec problèmes techniques et dépendance d'un outil, à ne pas négliger
  • l'essentiel des informations passe encore par les yeux, ce qui prend beaucoup de temps pour le rédacteur/concepteur et le lecteur. Avec les screencast et la vidéo , on obtient un condensé d'infos plus facilement et concrètement compréhensible, mais celà reste frustrant.


Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
   
Oui, d'une manière ou d'une autre , je pense que le facteur humain sera toujours présent et indispensable au bon déroulement de la formation. Bien qu'essentiel, ce temps de formation n'est souvent pas reconnu/rémunéré par beaucoup d'institutions.
     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
       
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
    
Les enjeux sont nombreux. L'individu se retrouve de plus en plus souvent en auto-formation, dans un "réseau social" dont il ne connait que virtuellement les membres. Le rôle de formateur-tuteur évolue-t-il aussi rapidement ? Qui donne la légitimité au formateur: l'institution qu'il représente, ces qualités intrinsèques de pédagogue, son nombre de 'followers', ...?
Je pense que le formateur continuera d'avoir besoin d'une légitimité institutionelle (diplômes,...), ainsi qu'une reconnaissance de ses pairs pour pouvoir jouer efficacement son rôle de formateur-tuteur, et qu'une remise en question régulière de ses rôles est nécessaire.
   
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?
 
    
Oooops, je viens d'égarer ma boule de cristal de 15 pouces, mais une recherche Google devrait suffire, non ?
Si c'était aussi facile! Plus sérieusement, je pense que l'utilisation des NTIC permet d'individualiser les formations, tout en procurant au formé la sensation rassurante d'être suivi 24h/24, de pouvoir trouver de l'aide sur un forum, etc... comme dans n'importe quel SAV digne de ce nom. Cette vision est évidemment formulée de façon caricaturale, mais elle reprend certains aspects existants et le formateur-tuteur va devoir retrouver un rôle dans cette nouvelle configuration.
   
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
   
L'école est l'apanage de toute société dite 'civilisée' et ne pourra à priori pas disparaitre tant que cette civilisation perdurera.
      
Pour en savoir plus
        
Consulter le blog de Christophe Jaeglin "Enseignant web 2.0 et langues"
     
    
"Les pédago-blogueurs"

     
Participer au recueil de témoignages
    
#1 Ocarbone
    
#2 Profgeek 
   
#3 Jacques Rodet
   
#4 Jérôme Hidalgo
  
#5 Stéphane Leprince
  
#6 Jérôme Deiss
   
#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 18:50
"Pédago-blogueurs"
 
Je suis enseignant documentaliste dans un lycée depuis une quinzaine d'année. Il y a 5 ans, j'ai fait un DESS sur les communautés virtuelles (disparu aujourd'hui) et depuis je fais du tutorat à distance avec l'Université de Limoges (unilim.fr) pour des unités d'enseignement en veille ou en communautés virtuelles.
      
               
A quelle occasion vous êtes vous lancée dans l'aventure des blogs ?

C'est au sortir du DESS, en octobre 2006 que je me suis lancé dans l'aventure de ce blog. Dans le même temps, j'ai aussi, avec des anciens de limoges, participé à l'écriture d'un blog 'intelligence collective" les anciens du DESS et également à un blog jardin et à un blog centres d'intérêt professionnels. Désormais, je poursuis uniquement avec relation, transformation partage comme navire amiral de mon identité en ligne et à côté je gère et écris sur d'autres blogs collectifs professionnels ou sociaux. 
   
Que vous apporte cette expérience ?

Suite au DESS, j'ai eu envie de poser mon expérience professionnelle, de la formaliser. Il s'agit donc d'abord d'une aventure personnelle qui peut s'apparenter à un bilan de compétences au départ mais avec la logique d'en faire un portfolio centré sur mon identité professionnelle, ce qu'il est aujourd'hui. J'évite donc le personnel, n'aborde jamais le privé.    

J'ai eu aussi envie de témoigner de mon expérience de formation à distance, des difficultés rencontrées et des joies.

J'ai eu enfin envie de le poser comme un outil de partage à destination des étudiants de Limoges que je suivais comme tuteur, puis des membres de ma communauté d'enseignants documentalistes. C'est au départ un peu un espoir car, après tout, est-ce que ce que j'ai à dire intéresse quelqu'un d'autre que moi ?

Et finalement un jour j'ai eu des lecteurs ce qui m'étonne toujours un peu. C'est très étonnant d'écrire pour un public, même s'il n'est pas très nombreux dans mon cas, car cela demande de le prendre en considération. Je n'écris plus uniquement pour moi. D'abord centré sur les publics visés, puis par la publication de ma veille sur le blog et enfin par ma twitterisation, les publics se sont élargis. Mais ils restent majoritairement dans le domaine de l'information-communication au sens large (veille, enseignement, marketing, communauté...).

Aujourd'hui je travaille dans deux directions :
- Des billets dont l'objectif est de construire de nouvelles connaissances en même temps que je cherche les moyens pour faire passer ces connaissances auprès des publics que j'accompagne.
- Un environnement personnel d'apprentissage qui utilise d'autres outils. J'ai d'abord publié ma veille sur mon blog via diigo, ensuite, j'ai chaîné le blog avec un blog-it express sur lequel je m'appuie plus sur des pages lues pour essayer de voir en quoi elles m'apportent quelque chose. Un posterous me permet de noter des idées et puis il y a également les échanges via twitter. C'est un peu essayer de montrer ce qu'il y a sous le capot (dixit callimaq)

J'ai énormément appris depuis 5 ans avec ce blog. J'ai appris à faire de la veille, du réseau, à écrire, à mettre en page, à bidouiller un peu du code, à wordpresser comme un malade. Toutes ces choses qui au départ ne m'étaient pas données. En ce sens, je pense qu'il m'a permis d'acquérir des compétences que je n'aurais pu jamais acquérir dans mon milieu social. C'est un outil d'auto-apprentissage.

Aujourd'hui j'en suis à un stade où je réfléchis énormément à comment j'apprends. D'une part, pour être plus efficace et aussi pour proposer des formations sur tout ce qui concerne ces sujets, entre formation, apprentissage, usages numériques, identité numérique, veille, apprentissage de ses pratiques, etc. C'est désormais principalement un outil de métacognition en ce sens que j'essaie de verbaliser ce que je sais (explicitation de connaissances) et comment je l'ai appris et non plus simplement ce que j'ai fait et comment je l'ai fait.



Quelles difficultés rencontrez-vous ?
      

Deux difficultés majeures : le temps et l'orthographe que j'ai déplorable. Une difficulté que j'arrive plus ou moins à maîtriser, la clarté de l'écriture. Comme dit l'autre (Montaigne) "ce qui se conçoit bien s'énonce clairement" - moi c'est pas gagné.

           
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
   
Les thématiques tournent autour de  l'information appliquée : veille, travail collaboratif, communautés virtuelles, apprentissage, dispositifs d'enseignement, création, réseau, etc. dans une perspective d'apprentissage et dans une perspective professionnelle.
    
Les outils du pédago-blogueur

    
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ?


    
Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?

  • Twitter
  • un cms/lms type Moodle tendance sociale (j'attends de découvrir elgg qui semble prometteur)
  • Skype
  • le mail
  • un café où boire une bière
     
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne

      
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     
Immédiateté, gestion de sa présence, usage de la distance pour favoriser la synchronisation entre personnes.

     

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     

Vitesse et l'absence de réflexion, éparpillement et perte d'attention, stratégie d'évitement.

Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
   
ouuuuuuuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
       
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
    
Le modèle actuel aura disparu et nous serons tous des auto-apprenants. La logique individuelle est poussée à son paroxysme sur internet et va rejaillir sur l'ensemble de la société. Le modèle social dominant c'est le joueur de foot qui négocie sa valeur marchande au plus offrant.
En parallèle se développe des aventures collectives ou l'individu est de plus en plus imbriqué. Donc des auto-apprenants dans des environnements favorisant l'interaction, l'action, l'apprentissage et la réflexion sur ce qui est fait.
   
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?
 
    
Bien ! Un peu pareil. Puisque les auto-apprenants seront aussi des formateurs.
   
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
   
Non, on n'est pas sur le même registre. L'école est le stade initial de l'apprentissage. Le fait d'avoir des dispositifs numériques changera probablement la pédagogie, pas le rôle fondamental de l'école.

C'est une grammaire que l'on apprend à l'école. Sans cette grammaire, il ne pourra pas y avoir d'auto-apprenants, ni de formation en ligne. Apprendre en ligne ce n'est pas vivre dans des univers numériques (même si ça aide grandement) c'est avoir une culture sur laquelle s'appuyer pour construire des connaissances qui vont servir dans le domaine personnel, social, professionnel. Cette culture est globale.

Le temps de l'école existera toujours, même s'il pourrait devenir grandement numérique. Sans ce temps, il n'y a rien de possible.

L'école c'est le temps d'apprentissage des micro-compétences et c'est à partir du moment où on a atteint une masse critique de ces microcompétences que l'on peut verser dans la complexité.

Or l'apprentissage en ligne, à mon avis, fait entrer dans la complexité, c'est à dire le temps de la formation.

L'école et la formation vont changer, se transformer, mais elles correspondent à mon avis à deux temps humains bien distincts que l'on ne peut pas évacuer. Alors, après, on pourra numériser tout ce qu'on veut, on pourra changer les noms. Mais au final ces deux réalités ne disparaîtront pas.

Ce n'est qu'un avis personnel, peu argumenté et peu théorique, mais c'est ma vision toute personnelle.
      
Pour en savoir plus
        
Consulter le blog de Richard Peirano alias JADLAT: "Relation, transformation, partage"
     
    
"Les pédago-blogueurs"

     
Participer au recueil de témoignages
    
#1 Ocarbone
    
#2 Profgeek 
   
#3 Jacques Rodet
   
#4 Jérôme Hidalgo
  
#5 Stéphane Leprince
  
#6 Jérôme Deiss
   
#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 21:09
"Pédago-blogueurs"
 
Merci de m’inviter à répondre à cette interview. Je suis pédagogue de formation et je travaille comme formatrice en allemand mais aussi comme consultante et formatrice sur le thème des outils numériques appliqués à la formation avec une préférence pour le Web 2.0 !
      
Les pédago-blogueurs : Isabelle Dremeau - Le blog e-learning Bretagne      

En fait je suis une "vrai-fausse" pédago-blogueuse dans la mesure où je ne blogue plus que de manière épisodique sur mon blog perso "e-learning Bretagne". Mais j’utilise les blogs pour me faciliter le travail et donner accès aux stagiaires aux supports de cours.

 

 Les pédago-blogueurs : Isabelle Dremeau - Le Portail Skoden

 

Je continue cependant à écrire sur le Web comme rédactrice en chef du site - qui n’est pas un blog - SKODEN, site des actualités de la FOAD en Bretagne, un projet du Conseil Régional Bretagne. Je peux actualiser régulièrement le site comme sur un blog avec des infos mais la fonction "commentaires"  n’est pas présente. Le site a pour but de redynamiser les actions de formation à distance en Bretagne et pour soutenir cette action, j’ai créé des rubriques autour de la pédagogie, des outils 2.0,  des ressources elearning, du multimédia en Bretagne et aussi autour du projet Visa Internet Bretagne, une action de formation offerte par le Conseil Régional, mise en place pour développer l’utilisation d’Internet en Bretagne.
    
A quelle occasion vous êtes vous lancée dans l'aventure des blogs ?
   

J’ai commencé à publier sur le web en 2005 au travers du blog "e-learning Bretagne" que je n’alimente plus que de manière épisodique et quand vient la fin de l’année pour un calendrier de l’Avent interactif ;-) .

      
Que vous apporte cette expérience ?
    

Le blog "e-learning Bretagne" a été une aventure très enrichissante. Il m’a permis de reprendre pied avec le milieu professionnel français alors que je revenais d’un séjour de plusieurs années à l’étranger. Sur le plan personnel comme professionnel, c’est un outil très puissant qui permet de faire partager ses découvertes, son expérience, ses compétences sans limites temporelles ni spatiales !

En cours, c’est un outil très pratique dont les stagiaires comprennent rapidement la logique et qu’ils peuvent tout de suite prendre en main. Le blog leur permet une découverte du travail collaboratif et leur sert pour leur propre développement personnel et développe aussi leur capacité à analyser.

    
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
      

Comme tout le monde le manque de temps, j’aimerais avoir deux vies pour pouvoir me dédoubler et être en permanence à observer ce qui se dit et fait sur le Net et vivre une vie réelle normale!.

           
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
    
Euh … , je crois que j’ai déjà répondu à la question, non ?
    
Les outils du pédago-blogueur

    
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ?


Je parlerais plutôt de sites :

  1. Google - compte au moins pour 2 car je le décline sous toutes ses formes : Blog Search, images, extensions pays, …)
  2. Delicious (formidable caverne d’Ali Baba)
  3. Planete-elearning (mega agrégateur bien pratique…)
  4. Twitter Search pour sonder Twitter (je l’utilise depuis peu mais je le trouve assez efficace)

Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ? 
     
Les outils Web 2.0
 bien sûr!! Ils répondent à l’évolution actuelle de la pédagogie : aider les apprenants à réfléchir sur leurs parcours, à verbaliser et à visualiser leurs étapes d’apprentissage, à collaborer entre eux tout en créant individuellement ou collaborativement. 
    
En tous cas les outils qui répondent et répondront aux critères : ergonomie – simplicité – rapidité auront beaucoup plus de chance que les autres d’être utilisés par les formateurs.

      
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne

      
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     

Je ne vais pas être très originale :

  • Souplesse et flexibilité de la formation.
  • Accès à un choix beaucoup plus conséquent de contenus et de présentation de sujets de cours, d’exercices.
  • Adaptation aux différents rythmes d’apprentissage et multiples manières d’apprendre. 

Mais il faudrait aussi parler du développement des compétences transversales, de celui du réseau de relations humaines, de la créativité et de l’innovation, des actions coopératives... travailler en groupe, de nouveaux scénarii pédagogiques plus dynamiques et plus implicatifs. 

     

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     

Si on parle des NTIC je dirais que le non-usage aurait plutôt des points faibles !! En revanche quand on parle de dispositifs pédagogiques en ligne, j’ai remarqué parfois :

  • une méconnaissance des plateformes en place (tant sur leur existence que sur  leurs utilisations spécifiques) ; 
  • un environnement d’apprentissage non adapté (pas de salle de formation dédiée) ;
  • un manque de visibilité du dispositif dans la stratégie de développement de la structure de formation.

Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
   
Bien sûr et Jacques RODET est bien placé pour nous parler des différents rôles (présents et à venir) du formateur- tuteur !
     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
       
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
    
Je rejoins la vision de  Stéphane LEPRINCE à ce sujet et je m’interroge aussi sur la place que prendront les "contenus mobiles" c'est-à-dire adaptés à la lecture sur téléphone portable, PDA ou Netbook. 
   
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?
 
    
Les formateurs se détachent petit à petit de la pédagogie exclusivement transmissive et l’utilisation des outils nouvelles génération fera évoluer le métier vers une pédagogie plus individualisée et bénéfique à l’apprenant.
   
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
   
La fin de l’école ? Vous y allez fort !! Mais un changement des modes d’enseignement et une remise en question de la pédagogie actuelle est certainement à prévoir !  
     
Sans doute que tous les pédagogues ne deviendront pas blogueurs mais ceux qui pratiquent le blogging ont déjà fait le pas de l’expérimentation et peuvent commencer à répercuter leurs propres expériences dans leurs pratiques pédagogiques. 
    
Mais au fait … qu’est-ce réellement qu’un pédago-blogueur ? ;-) 
      
Pour en savoir plus
        
Consulter le blog d'Isabelle

Accéder au portail Skoden
     
    
"Les pédago-blogueurs"

     
Participer au recueil de témoignages
    
#1 Ocarbone
    
#2 Profgeek 
   
#3 Jacques Rodet
   
#4 Jérôme Hidalgo
  
#5 Stéphane Leprince
  
#6 Jérôme Deiss
   
#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin
Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 22:17
"Pédago-blogueurs"
    

Je suis Christophe Batier, directeur technique du service Icap qui est le service TICE de l’Université Claude Bernard Lyon1.

 

Les pédago-blogueurs : Christophe BatierDans ce service nous avons 3 activités principales structurées autour de 3 équipes regroupant une quarantaine de personne :

-  Equipe de développeur autour de la plate forme Spiral (plate forme pédagogique de l’université)

-  Equipe de personne aidant à la création de contenu pédagogique : 3 infographistes 3D, 3 personnes à la vidéo, Flasheurs, infographistes, photographe.

-  Equipe de conseiller pédagogique pour aider les enseignants à utiliser tous ces outils

   

Pour avoir une petite idée de nos réalisations : http://tinyurl.com/icap09 

    
A quelle occasion vous êtes vous lancé dans l'aventure des blogs ?
   
Nous avons inséré cette nouvelle fonctionnalité d’édition et de gestion de blog en 2006 dans la plate forme Spiral.
J’ai ouvert un blog autour du Elearning dans un premier temps pour montrer à nos enseignants utilisateurs de Spiral comment fonctionne un blog sur cette plate forme.
Et maintenant je m’en sers comme outil de veille mais aussi comme un portfolio où je mets mes différentes contributions de mes conférences.
    
Que vous apporte cette expérience ?
     
Initialement cela m'a permis de diffuser des informations informelles et les retours des utilisateurs m’ont poussé à plus de rigueur éditoriale, à tagguer plus précisément mes billets et à étoffer le contenu.
     
Quelles difficultés rencontrez-vous ?

Le temps ! Cela me demande un peu de temps pour organiser ces idées et pour rédiger les billets.
     
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
    
Tout ce qui tourne autour du elearning de l’actualité de la plate forme Spiral.
    
Les outils du pédago-blogueur

    
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ?


1. La machine à café : et oui, j’ai la chance d’avoir une équipe conséquente, d’être dans une université où on arrive à faire bouger les choses. La machine à café reste le lieu riche d’échange synchrone presentiel incontournable.
2. Facebook, ayant pas mal "d’amis" sur Facebook ce qui fait que j’ai un Live feed qui donne beaucoup d’info autour du e-learning.
3. Twitter comme Facebook cet outil commence à donner des informations intéressantes.
4. Wikio : j’utilise aussi régulièrement cet outil pour suivre ce qui se passe dans la blogosphère.
5. Mon Mail ! je reçois, plus ou moins spontanément, pas mal d’info encore par ce canal : les Alertes Google, des annonces de nouveaux produits, congrès…
   
Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?

   
Plus que des outils, je dirai que ce qui me parait incontournable c’est une ouverture d’esprit liée à une curiosité vers tous ces nouveaux outils, vers ces nouveaux usages.
   
Apprendre justement à changer d’outils, évoluer ça fait partie des pratiques.
   
Et ce n’est pas parce que nous on a appris qu’avec des livres et un prof, qu’il n’y pas de formation possible en dehors de ce modèle.
   
Nous avons résolu en partie le problème des outils en réalisant notre propre Outil (Spiral) qui simplifie le travail mais qui permet aussi pour les plus Geeks d’aller plus loin.

      
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne

      
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?


1. de diffuser simplement les documents et ressources scientifiques, pédagogiques qui n’étaient auparavant pas facilement accessibles.

2. de personnaliser les rythmes de travail.

3. de donner de nouvelles façons de travailler en groupe, de nouveaux scénarii pédagogiques plus dynamiques et plus implicatifs.

   

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     

1. Les politiques et les institutionnels sont majoritairement à coté de la plaque, il est dommage que l’on subisse encore des plans ENT, des plans équipement qui sont décidés en dépit du bon sens, sans implication de la base. Tant qu’il n’y aura pas de groupe de pression plus organisé d’enseignants, d’étudiants, d’utilisateurs convaincus et convaincants, il sera difficile de faire évoluer les usages des NTIC qui ont besoin de ce financement conséquent.
2. Il n’y a pas de reconnaissance institutionnelle de la part des ministères de l’éducation et de l’enseignement supérieur pour les enseignants innovants. Au contraire, sur le terrain tout ce qui sort de la norme est assez mal vu, ce qui ralenti là aussi les usages.
3. L’équipement par exemple il n’y a pas assez de prises électriques dans les amphis ! On pose des bornes, on installe des solutions podcasts, les étudiants sont équipés à 70% de portable (http://nte-serveur.univ-lyon1.fr/coursinfo/resultats.html) mais ils ne viennent pas avec dans notre université car il n’y pas de prise électrique… et que la batterie de leur modèle tient rarement plus d’une heure…
       
Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
   
Par rapport à mon expérience à l’université, je suis peut être mal placé pour répondre à cette question car nous avons mis nos enseignants auteurs dans le rôle du tuteur, généralement de leurs contenus.
Nous avons une vision qui rend indissociable ces deux rôles.
L’animation, la motivation, peuvent être stimulées directement entre les étudiants et le rôle de l’enseignant doit rester majeur et incontournable.

     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
     
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
     
On aura besoin de plus en plus de formation, les changements vont de plus en plus vite. 
   
La part de la formation informelle ira en augmentant, mais la formation à la prise de recul, à la mise en perspective deviendra de plus en plus indispensable !
         
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?

      
Les évolutions peuvent être plus ou moins rapides en fonction des avancées technologiques et des financements mais :
1. la techno va entrer de plus en plus dans la classe soit par des TBI, soit par des avatars robotisés, soit par des interfaces nouvelles plus tangibles, plus interactives plus participatives qu’un étudiant planté derrière son clavier, sa souris et son écran.
2. les pratiques de communication permettront de sortir de l’espace de la classe en permettant aux communautés virtuelles de vraiment exister, permettant des relations entre les étudiants de différents pays, facilitant les échanges de pratiques et de contenus entre les enseignants.
       
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
       
Non pas du tout, comme la radio n’a pas signifié la fin de l’école, comme le cinéma n’a pas signifié la fin de l’école, comme la télé n’a pas signifié la fin de l’école…
   
L’école n’est pas qu’un simple lieu de consommation de contenu pédagogique.
 
      
Pour en savoir plus
        
Consulter le blog vidéo de Christophe Batier
     
    
"Les pédago-blogueurs"

     
Participer au recueil de témoignages
    
#1 Ocarbone
    
#2 Profgeek 
   
#3 Jacques Rodet
   
#4 Jérôme Hidalgo
  
#5 Stéphane Leprince
  
#6 Jérôme Deiss
   
#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin

 

Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 09:48
"Pédago-blogueurs"
    
Les pédago-blogueurs : Jérôme Deiss      
Jérôme DEISS, 37 ans, Lille-Lomme, Formateur T.I.C FOAD, en charge de la formation CATIC pour l'AFPA. Formation en FOAD, 3 semaines à distance, 1 semaine en présentiel / mois.
   
A quelle occasion vous êtes vous lancé dans l'aventure des blogs ?
   
Passionné par la FOAD et les logiciels libres, j'ai recherché un moyen de pouvoir écrire, et partager ma passion, le blog a été pour moi l'outil idéal. Je me suis donc lancé il y a quelques années et acheté un hébergement Web puis, pour respecter la philosophie du libre, un cms open source : WordPress.
    
Que vous apporte cette expérience ?
     

L'expérience la plus riche est de pourvoir écrire pour le Web, de voir votre article lu par des français, canadiens, tunisiens... Personnes que vous ne connaissez pas, et dont le point de rencontre est votre blog.
     
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
     
La multiplication des outils, lorsque l'on effectue une veille technique permanente fait qu'on se retrouve à tester de plus en plus d'outils... Il faut donc se dégager du temps... L'apparition des outils de micro-blogging comme Twitter viennent concurrencer nos propres outils, résultat on se retrouve à Twitter de plus en plus en oubliant son blog personnel...
     
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
    

La formation ouverte et ou à distance et les logiciels libres.
    
Les outils du pédago-blogueur

    
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ?
  1. Twitter
  2. Wikis
  3. Flux RSS, ATOM
  4. Google Alertes
  5. Signets en ligne (Netvibes, Symbaloo...)  
Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?
  1. Twitter
  2. Claroline
  3. Google Wave, Raindrop
  4. Google Docs
  5. Cartes Heuristiques (Freemind, Xmind...)
      
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne

      
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?


  • La vulgarisation de la pédagogie (accès à la pédagogie à toutes et tous)
  • les différents formats de sortie (PDF, HTML, ODT...)
  • La rapidité du partage

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     

La correction des exercices prend un temps important. Dispenser des corrections globales à la place de corrections individuelles n'est pas un très bon moyen pédagogique. Le stagiaire doit avoir une correction individualisée.
L'importance des flux d'information oblige une vérification des sources importantes. Surveiller le copier coller du Web...      
    
Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?

     
Pas nécessaire mais obligatoire, une formation en ligne sans tutorat est vouée à l'échec...
     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
     
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
     
Un ordinateur sans logiciels installés mais utilisant le "tout en ligne" ce qui veut dire également une solide connexion adsl...
      
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?

      
L'évolution dans 10 ans est difficile à prévoir les TIC avancent tellement vite... mais je vois bien déjà l'intérêt du micro-learning (petites grains de cours, exemple une fonction d'un logiciel en 3 minutes vidéo à l'appui) sur les terminaux (iPhone, HTC...)
       
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
       
Non, l'arrivée du CD n'a pas tué le 33 tours, l'arrivée du MP3 n'a pas tué le CD, l'arrivée de la FOAD sera un complément indispensable à l'école. Toutes les formations ne peuvent pas se faire à distance, il faut également utiliser les outils de la FOAD en présentiel !!!
     
Pour en savoir plus

    
Consulter le blog de Jérôme Deiss
    
"Les pédago-blogueurs"

    
Participer au recueil de témoignages
   
#1 Ocarbone
   
#2 Profgeek 
  
#3 Jacques Rodet

#4 Jérôme Hidalgo

#5 Stéphane Leprince

#6 Jérôme Deiss

#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin

Repost 0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 16:51
"Pédago-blogueurs"
    
Formateur et chargé des projets TICE/FOAD à l'ADEA, centre de formation professionnelle à Bourg en Bresse.
   
Les pédago-blogueurs : Stéphane Leprince        
J'interviens en début de parcours de formation pour la préparation de nos stagiaires aux formations mixtes (présentiel et distant). Je forme de futurs travailleurs sociaux à l'utilisation de l'outil numérique comme outil de médiation dans la relation à l'autre. 
      
A quelle occasion vous êtes vous lancé dans l'aventure des blogs ?
     
J'ai commencé en 2004 sur la plateforme de Microsoft afin de tester l'outil et découvrir en quoi il pouvait être utilisé à titre personnel et/ou professionnel.
J'ai ensuite déplacé mon contenu en 2006 sur les plateformes CMS Xoops, puis Joomla afin d'enrichir mon blog de nouveaux outils et également pour avoir une indépendance.
    
Que vous apporte cette expérience ?
     

L'expérience de partage, mémorisation, et d'écriture. Ecrire sur mon blog me permet de poser par écrit des constatations, faire la synthèse de ce que je surveille lors de ma veille techno-pédagogique, et pouvoir renvoyer facilement à des liens, articles, vidéos partagés sur mon blog.
     
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
     
Manque de temps pour rédiger, pour mettre à jour régulièrement le contenu et la forme (je dois vraiment m'en occuper, mon blog a mal vieilli !). Twitter et le micro-blogging me permettent de compenser justement le peu de temps pour rédiger de vrais articles et permettent pourtant le partage et la recherche d'infos.
     
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
     
Evolution du web, des attitudes/usages, nouveaux logiciels gratuits et/ou libres, ressources pédagogiques interactives en ligne, usage nomade des tic (téléphonie mobile, portables...), pédagogies innovantes.
    
Les outils du pédago-blogueur

    
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ? 

   
  • RSS,
  • Blog et les agrégateurs (j'utilise Netvibes)
  • Twitter (et TweetDeck)
  • Newsletters (et oui encore)
       
    Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?
  • Logiciel de présentation et système de projection portable
  • Blog
  • Les sites de partage de type web 2 (Dailymotion, SlideShare, flickr...)
  • Plateforme de formation. 
       
      
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne

      
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?


  • Possibilité de construire à plusieurs des travaux (wiki)
  • Valorisation des travaux par le dépôt sur des sites de partage de présentation, vidéo...
  • Suivi des apprentissages par le biais de plateforme de formation...
J'en aurai plein d'autres, comme le travail autour de l'écrit comme on peut le faire sur des blogs pédagogiques que nous avons mis à l'ADEA au centre d'un dispositif de formation de moniteur éducateur qui doivent faire un gros travail sur l'écriture professionnelle.

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?


  • Nécessité de motiver constamment les apprenants à venir travailler en ligne ;
  • Valoriser les pratiques avec les NTIC au même niveau que les autres ;
  • Temps passé pour les formateurs pour construire et revoir leurs scénarios pédagogiques.
Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
     
Il est essentiel, et demande beaucoup de temps. Philippe Gaberan responsable pédagogique de la formation en alternance des moniteurs éducateurs et éducateurs spécialisés, a d'ailleurs banalisé des temps sur les emplois du temps pour les formateurs pour effectuer ce tutorat et l'animation de la formation. Ces temps sont repérés comme de réel temps de face à face pédagogique et non pas de préparation/correction de cours. Les blogs de formation individuels de nos stagiaires étant le point central de leur formation pour le rendu de leurs écrits, nous nous devons de commenter ces écrits et travaux. Philippe, pour continuer cette dynamique anime lui même un blog de la formation pour les stagiaires.
     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
     
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
     
Le wifi et les ordinateurs portables, voire ultra portables, démocratisent l'accès et permettent de renvoyer aux formateurs réticents à utiliser les TIC, que les stagiaires sont équipés. Cela laisse envisager la possibilité de travailler dans un centre de formation en autonomie sans forcément avoir accès à une salle libre-service multimédia.
Les nouveaux usages et travaux pédagogiques apportés par les outils du web 2.0 ont permis également d'entrouvrir de nouvelles applications du e-learning ou la construction de cours en ligne n'est plus la seule manière de faire du e-learning. J'envisage l'avenir aux travers de la richesse pédagogique que peuvent offrir la production d'écrit individuels en ligne sur les blogs et collectifs sur les wikis.
      
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?

      
La polyvalence demandée aux formateurs va grandissante. De la création de devis, à l'analyse des évaluations des formations en passant par l'acte de formation lui-même, le formateur aura encore plus besoin de maitriser les TIC pour optimiser son temps et s'organiser.
       
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
       
Toujours convaincu que non, mais c'est bien une possibilité complémentaire, c'est l'ouverture pédagogique à de nouveaux outils et nouveaux modes d'apprentissages qui convient à certains et toujours pas d'autres, d'où l'importance de varier les situations d'apprentissage afin que chacun s'y retrouve dans un parcours de formation.
     
Pour en savoir plus
    
Consulter le blog de Stéphane Leprince
    
"Les pédago-blogueurs"

    
Participer au recueil de témoignages
   
#1 Ocarbone
   
#2 Profgeek 
  
#3 Jacques Rodet

#4 Jérôme Hidalgo


#5 Stéphane Leprince

#6 Jérôme Deiss

#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin

Repost 0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 19:00
"Pédago-blogueurs"
    
Jérôme Hidalgo, 26 ans, blogueur sur elearningblog.fr. Il s’agit d’un blog totalement personnel dans lequel je m’exprime pendant mon temps libre. Côté professionnel, mon activité varie en permanence entre chef de projet e-learning, concepteur pédagogique multimédia, formateur et surtout apprenant. Je travaille actuellement au sein d’une talentueuse et sympathique équipe dans la société Speedernet, basée à Lyon.
      
Les pédago-blogueurs : Jérôme Hidalgo     
Mon parcours initial est avant tout orienté multimédia. Je ne suis tombé dans le e-learning qu’à la fin de mes études, lors de ma dernière année de Master. Avec une pincée de volonté et un poil de chance, j’ai eu l’opportunité de travailler en apprentissage dans une industrie en tant que "chargé de projet e-learning". L’objectif du projet était de lancer des formations en ligne et créer du contenu dans une entreprise qui débutait alors ses formations en ligne. Cette expérience était si enrichissante qu’à sa fin, j’avais comme obsession de poursuivre dans ce domaine.
           
A quelle occasion vous êtes vous lancé dans l'aventure des blogs ?

      
Justement à la fin de mon année de Master, à l’approche de mon arrivée sur le marché du travail. Mon envie de poursuivre l’aventure e-learning m’a poussé à créer elearningblog.fr. Je voulais pouvoir échanger des découvertes et idées avec les professionnels du domaine. Mon idée sous-jacente était aussi d’essayer de faire savoir au petit monde du e-learning francophone que je cherchais un projet sur lequel travailler, une équipe à rejoindre.
   
Que vous apporte cette expérience ?
   

Un boulot ! Je plaisante bien sûr, mais c’est vrai que ce blog m’a largement permis d’entrer en contact avec des professionnels du domaine. Par ailleurs, le fait de rédiger des billets me force à prendre du recul sur mon activité et y réfléchir. Je pense que c’est primordial. Ensuite, le blog m’oblige à traiter et synthétiser la quantité astronomique de flux RSS auxquels je suis abonné. Enfin j’ai pu y tenter ma première expérience de Podcast. Malheureusement, je n’ai pas eu le courage de renouveler l’exercice depuis car cela demande un investissement temps important. Mais j’aimerais beaucoup m’y remettre. A suivre donc…
      
Quelles difficultés rencontrez-vous ?

Ma plus grosse difficulté, c’est tout simplement de publier des billets ! J’essaye de maintenir une fréquence la plus régulière possible mais j’ai beaucoup de mal à garder le rythme. J’évite autant que possible de publier pour publier. Ma démarche est plutôt de profiter du blog pour me pousser moi-même à la réflexion.

    
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
     
Je publie avant tout des articles sur des sujets qui m’ont interpellé moi-même. Ma ligne éditoriale est donc extrêmement personnelle et subjective. La seule règle que je me suis fixée est de parler de e-learning, uniquement de e-learning. Que ce soit pour les outils, les pratiques, les innovations je ne suis jamais très loin du coeur du sujet.
     
        
Les outils du pédago-blogueur

      
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ? 


  • La bouche, les oreilles et le cerveau pour communiquer avec les humains.
  • Un agrégateur RSS, devenu indispensable pour être informé.
  • Delicious pour conserver et partager le fruit de sa veille.
  • Twitter pour faire bouillonner les idées.
  • Et bien sûr tous les évènements liés au e-learning dans le monde réel : salons, colloques, conférences…
Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?
     

Indispensable, je ne suis pas certain qu’aucun des outils actuels ne le soit. Pour l’heure, un formateur intervient toujours avant tout en présentiel. Les outils web pour la formation sont quant à eux toujours dans une sorte d'état de magma en fusion. Aucun outil ne s’est réellement imposé malgré des idées très intéressantes comme par exemple Speechi ou DimDim.

Ce qui fonctionne bien en ce moment c’est le Screencasting avec des outils comme Camtasia et des plateformes comme Weecast. Mais ils ne répondent qu’à une infime partie des besoins de formation.

    
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne

     
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

   
1 - Garder l’essentiel : Lorsqu’une formation en salle est adaptée en elearning, le temps de formation passe de plusieurs jours à quelques heures, voir quelques minutes. Le elearning oblige à trouver le chemin le plus court pour atteindre l’objectif de formation sans perdre l’apprenant. C’est pour moi l’apport essentiel des NTIC en pédagogie. 
    
2 - L’apprentissage permanent : Alors qu’une formation en présentiel se termine lorsque les apprenants quittent la salle de formation, le elearning ne connaît à priori pas de limite de temps. Le web est un outil d’apprentissage évolutif et permanent. Je trouve ça fascinant.
              

3 - Le partage des savoirs : il y a quelques années on parlait beaucoup de Knowledge Management, aujourd’hui on entend parler de Community Management. Le web 2.0 permet de connecter les humains et leurs savoirs. Des barrières difficilement franchissables comme la distance tombent. Je pense que nous ne sommes qu’aux balbutiements d’une évolution vers ce que certains appellent "société de la connaissance".

    
Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

     

Je pense que les NTIC n’ont en elles-mêmes pas de points faibles. La technologie est neutre par nature. Ce sont les concepteurs de formations et formateurs qui sont responsables des mauvais usages des NTIC. Pour moi, ces points faibles concernent avant tout des attitudes humaines, notamment :

 
1 - Le mirage technologique
Exemple : "Le logiciel que j’utilise pour créer du contenu est très complet. On peut faire ce qu’on veut avec. Il va me créer de bons contenus elearning."
C’est ce que j’appelle le "mirage technologique". Cette attitude revient à croire que c’est l’outil qui fait la formation en ligne alors que c’est la conception pédagogique qui est essentielle.
    
2 - Le déguisement du contenu
Exemple : "Le contenu ne va pas intéresser les apprenants. Si on y ajoute une mascotte et des animations, ce sera vivant."
Croire que le multimédia permet d’atténuer l’impact d’un cours qui s’avère ennuyant car mal scénarisé, c’est encore une fois faire porter à la technologie une responsabilité qui n’est pas la sienne.
    
3 - La transposition du papier vers le numérique
Exemple : "Tout ce qu’il y a dans mon contenu est important. Je peux convertir mes PowerPoint pour le Web, ajouter des documents ressources PDF, cela donnera aux apprenants toutes les informations."
Mettre toutes les informations en ligne, à disposition des apprenants est peut être la pire des idées. C’est au contraire une économie d’information au mot près qu’il faut viser car l’apprentissage en ligne est inversement proportionnel à la quantité d’informations fournies.

        
Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?

     

Non. Au risque de faire bondir certains collègues, je pense que le tutorat ne s’applique de loin pas à toutes les configurations de formation en ligne. Lorsque par exemple je me forme à Photoshop sur Weecast, je n’ai pas de tuteur et je n’en ai d’ailleurs pas besoin. Quelque part le tuteur est là pour combler les déficiences de la conception pédagogique multimédia. Lorsque le module elearning n’est pas suffisant pour atteindre l’objectif pédagogique, alors oui il y a besoin d’un tuteur, sinon la question reste ouverte.

Là où un apport humain est à mon avis le plus efficace, c’est ponctuellement avant et après une formation. Avant la formation pour coacher les apprenants et leur donner les différentes consignes. Après la formation pour répondre aux questions restées sans réponse à l’issue de la formation en ligne.
     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
     
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?

Je pense qu’une convergence de nombreux facteurs sociaux-économiques pousse le elearning à être de plus en plus utilisé (mondialisation des échanges, hausse des coûts du transport, baisse du coût de l’informatique, évolution technologique, arrivée dans le monde professionnel des digital natives…). Est-ce le scénario qui se réalisera ? Rien n’est moins sûr.
     
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?

      

Le formateur du futur, on l’imagine facilement entrain de dialoguer en direct avec ses apprenants qui sont à distance (ce que l’on appelle le elearning "synchrone"). Cette image existe en fait depuis bien longtemps, avant même l’invention d’Internet. A mes yeux c’est une espèce de fantasme.

Par exemple, Loïc le Meur en rêvait lorsqu’il a lancé Seesmic en voulant en faire un "talk-show planétaire". Aujourd’hui, il a mis son projet de côté en déclarant que les internautes ne sont pas prêts, car trop timides. Il y a d’importants freins psychologiques qui font que les apprenants préfèrent toujours soit un formateur en présentiel, soit une formation e-learning asynchrone.

Des initiatives existent pourtant pour tenter de briser la glace comme par exemple Babbel.com, un réseau social pour apprendre les langues étrangères. Voilà peut être une évolution à venir…

    
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
      
Voilà un autre fantasme qui ne date pas d’hier. L'illustration que de ce fantasme que je préfère, c'est "la machine à apprendre", portée à l'écran par Claude Zidi en 1980 dans son film "les sous-doués passent le bac".
     
     
Pour en savoir plus
       
Consulter le blog de Jérôme Hidalgo

"Les pédago-blogueurs"

      
Participer au recueil de témoignages
    
#1 Ocarbone
     
#2 Profgeek 
    
#3 Jacques Rodet 
   
#4: Jérôme Hidalgo

#5 Stéphane Leprince

#6 Jérôme Deiss

#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin

Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 20:23
"Pédago-blogueurs"
       
   
Les pédago-blogueurs : Jacques Rodet
         
A quelle occasion vous êtes vous lancé dans l'aventure des blogs ?

     
Le Blog de t@d, lancé en septembre 2007, représentait alors la dernière mouture de la communauté t@d qui avait expérimenté, dès 2003, un outil de travail collaboratif puis utilisé une liste de discussion. Aujourd'hui, le blog est un outil parmi d'autres au sein du portail www.tutoratadistance.fr qui comprend également une base documentaire présentant des articles scientifiques sur le tutorat, un espace de veille collaborative sur l'actualité du tutorat à distance et une revue, Tutorales, qui publie des articles d'étudiants, de praticiens et de chercheurs sur le tutorat.
   
Que vous apporte cette expérience ?

La rédaction de billets de blog est un type d'écriture que j'affectionne pour plusieurs raisons. D'une part, la rapidité de mise en œuvre autorise une réelle réactivité à l'événement. Si la réactivité ne peut constituer à elle seule une ligne éditoriale, elle est un élément que j'essaye de ne pas négliger et par là m'impose une sorte d'actualisation permanente de mes représentations sur le tutorat. L'autre avantage du blog, me semble résider dans le fait que la maturation des idées est facilitée voire stimulée par une écriture qui ne se veut pas aussi "définitive" que celle d'un article scientifique. Ces avantages du blog sont, selon moi, conditionnés par une pratique s'inscrivant dans la durée. En effet, j'ai le sentiment que ce n'est qu'au bout de plusieurs mois de publication de billets que le blogueur arrive non seulement à inscrire sa pratique de rédaction dans le reste de ses activités mais, bien plus, à tisser des liens entre ses pratiques professionnelles et sa pratique rédactionnelle. Le blog devient alors un espace de prise de recul, de mise à distance, de réflexion, d'auto-réflexivité, de métacognition.

La pratique du blog est aussi l'occasion d'entrer en contact avec de multiples personnes qui possèdent les mêmes centres d'intérêt mais curieusement, cela se réalise la plupart du temps en dehors de l'espace public du blog. 
     
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
     
Ce n'est pas réellement une difficulté mais je constate, alors que nous vivons une époque où les outils peuvent grandement faciliter la collaboration, que celle-ci reste difficile à mettre en œuvre. Ainsi, le Blog se voit davantage perçu comme un lieu où rechercher de l'information plutôt qu'espace d'échanges. Sa fonction de publication prime sur celle de co-élaboration.

"Depuis quelques récentes années, le temps héroïque de la FOAD est terminé en France. Or, ce que l’on peut constater dans de nombreux secteurs c’est que les effets collaboratifs, d’entraide, de solidarité se manifestent davantage lorsque les acteurs sont peu nombreux et en quête de perfectionnement, qu’ils se connaissent donc davantage. Lorsque le paysage devient plus mature, les acteurs plus nombreux, et pour le dire plus crûment, quand le temps est aux affaires, le partage des informations cède partiellement la place à la rétention d’informations qui est censée donner un avantage décisif à celui qui la pratique. Le fait que les outils, je pense en particulier aux réseaux sociaux, facilitent objectivement la mutualisation et la collaboration, n’est non seulement pas le garant de meilleurs échanges mais peuvent également réactiver certains réflexes que l’on pensait oubliés." (Rodet, t@d et Tutorales, 13 questions. Distances et Savoirs, vol 6/4 2008)

    
Quels contenus ou thèmes ciblez-vous plus particulièrement dans vos articles ?
    
Très clairement et de manière exclusive le tutorat à distance et les thèmes qui lui sont liés.

    
Les outils du pédago-blogueur

    
Quels sont les 5 outils que vous considérez indispensables dans votre pratique de veille ? 


N'étant pas un spécialiste de la veille, mon propos ne vise pas tant la préconisation de certains outils que le témoignage de mes pratiques. J'utilise Netvibes pour agréger les flux des sites et des blogs qui m'intéressent. Delicious me permet de tagger l'actualité du tutorat à distance. Les résultats de ces tags sont mis à disposition à travers un widget. J'utilise également Twitter tant pour suivre certains acteurs que pour diffuser de l'information. J'organise les résultats les plus pertinents de ma veille au sein d'une map sur FreeMind. J'utilise aussi régulièrement différents moteurs de recherche tant généralistes que plus spécialisés. J'interroge de temps à autre les bases de données scientifiques. Les rencontres ou les échanges par mail avec différents contacts sont également une source non négligeable de ma veille.
Quels outils vous paraissent incontournables pour le formateur du 21ème siècle ?
     
Les outils qui n'existent pas encore ! Par cette boutade, je tiens simplement à souligner qu'il n'y a pas, selon moi, un outil ou des outils particuliers à privilégier pour la formation. L'histoire nous l'a montré, tous les outils de communication sont susceptibles d'être utilisés pédagogiquement. Il s'agit alors pour le formateur d'être au clair sur ses intentions pédagogiques et didactiques et, en fonction de celles-ci, choisir l'outil le plus adapté. Par ailleurs, j'ai l'habitude de dire qu'un bon outil est celui qui est accessible tant pour le formateur que les apprenants. La notion d'accessibilité me semble essentielle. Le rapport entre l'investissement temporel à consentir pour maîtriser l'outil et les résultats de son utilisation doit être positif pour le formateur et les apprenants. Si ce n'est pas le cas, les uns et les autres passent leur temps à apprendre à utiliser des outils dont ils n'ont pas d'usages pertinents. Le formateur du 21e siècle comme ses prédécesseurs se doit donc de réaliser une veille sur les outils et plus encore de passer au crible de l'analyse les potentialités d'usages pédagogiques qui ne sont pas assimilables aux usages prescrits par les fonctionnalités de ces outils.
    
Votre regard sur les dispositifs pédagogiques en ligne

    
Quels sont pour vous les 3 points forts à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

  • Elargissement de l'accessibilité de la formation.

  • Individualisation des parcours.

  • Les avantages propres à la médiatisation (ré-ingénierie, persistance du message, attractivité, etc.).

Quels sont pour vous les 3 points faibles à retenir des usages des NTIC en pédagogie ?

  • Dérive techniciste qui fait passer l'utilisation des outils avant la réflexion pédagogique.

  • Surcharge cognitive pour l'apprenant qui ne maîtrise pas les NTIC.

  • Insuffisance de la prise en compte de la nécessité de l'interaction humaine au bénéfice de l'interactivité machinique.

Le tutorat vous semble-t-il nécessaire à la réussite d'une formation en ligne ?
     
Oui, un formateur est nécessaire, ne serait-ce que pour répondre aux questions, via un forum, par courrier électronique ou tout autre moyen. S'il peut aussi donner des conseils sur les axes de formation, en procédant de manière différenciée suivant le niveau de chaque apprenant (ou de chaque groupe d'apprenant), c'est encore mieux. Oui, le tutorat est un élément incontournable pour la réussite d'une formation en ligne. Encore faut-il s'entendre sur la notion de formation en ligne. S'il s'agit, comme pour de nombreux produits e-learning, de simplement améliorer l'efficacité de la transmission d'un message par sa médiatisation puis de vérifier que les récepteurs l'ont bien intégré à travers un QCM, il est difficile, selon moi, de parler de formation et dans ce cas le tutorat n'est pas utile. Si on admet que la formation en ligne, comme toute formation, vise la construction de connaissances, le développement de savoir-faire et de savoir-être, le tutorat est alors indispensable et un facteur déterminant de l'atteinte de leurs objectifs par les apprenants.
     
Votre avis sur le futur ? Un peu de prospective !
     
Comment voyez-vous l'évolution de la formation dans les 5 à 10 ans ?
       

Il est probable que les évolutions en cours qui amènent de plus en plus de formateurs à intégrer les usages des NTIC dans leurs pratiques se poursuivent et s'accentuent. Je ne pense pas qu'il y aura de bouleversement au sens d'une révolution, mais plutôt une adaptation rendue plus nécessaire et une rapidité de cette adaptation pour rejoindre les apprenants dans leurs nouvelles demandes. Ceci impactera tout autant les donneurs d'ordre, les financeurs, les clients, les apprenants que les formateurs. C'est la capacité de ces acteurs à prendre en compte les nouveaux médias et outils qui en détermineront les usages et le paysage futur de la formation. A cet égard, il me semble préférable de privilégier l'accompagnement des acteurs tels qu'ils sont plutôt que le volontarisme de quelques uns qui se posent en visionnaires.

      
Comment voyez-vous l'évolution du métier de formateur pour les 10 années à venir ?

      
Ne voulant donc pas adopter la posture du visionnaire, je pense opportun de mettre en exergue quelques points qui me semblent utiles à l'évolution du métier de formateur. Le premier est lié à l'identité professionnelle des formateurs. Il me semble qu'il serait profitable que l'on ne puisse s'instaurer formateur sur la simple envie de l'être, même si celle-ci est fondamentale. Un dispositif de formation professionnelle, même léger me semblerait donc une voie à explorer afin de ne plus remettre à la seule expérience le développement des pratiques professionnelles des formateurs. Cette formation initiale viserait donc non pas le développement de savoirs disciplinaires mais bien le développement de compétences pédagogiques et techniques qui sont largement transversales aux contenus enseignés. Il est remarquable qu'un pourcentage très faible de formateurs ait à ce jour bénéficié d'une formation de formateurs. Tout progrès en ce sens serait donc une bonne nouvelle pour les années à venir. Par ailleurs, je pense nécessaire que la formation continue des formateurs soit également développée, ne serait-ce que pour leur permettre une meilleure adaptation au paysage en mouvement que se révèle être la formation. Sur ce point, le développement de communautés de pratiques m'apparaît être une modalité souple et adaptée pour atteindre cet objectif.
     
Pensez-vous comme certains que le développement des formations en ligne signifie la fin de l'école ?
      
L'informatique nous a promis le zéro papier... L'école n'est et ne sera pas abolie par les formations en ligne. Elle les utilise et les utilisera.
   
Pour en savoir plus

    
Consulter le blog de t@d
   
"Les pédago-blogueurs"

    
Participer au recueil de témoignages
   
#1 Ocarbone
   
#2 Profgeek 
  
#3 Jacques Rodet 
  
#4: Jérôme Hidalgo

#5 Stéphane Leprince

#6 Jérôme Deiss

#7 Christophe Batier

#8 Isabelle Dremeau

#9 Richard Peirano

#10 Christophe Jaeglin

Repost 0